Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Toulouse : Stéphanie a une semaine pour rendre sa fille à son ex-conjoint vivant en Allemagne

-
Par , France Bleu Occitanie

Stéphanie se bat depuis plusieurs années pour garder sa fille de 8 ans et demi en France, à Toulouse. Son ex-conjoint, vivant en Allemagne, a obtenu gain de cause après de la justice allemande. La mère de famille a une semaine pour appliquer cette décision reconnue par la Cour d'appel de Toulouse.

Stéphanie lors de sa convocation au commissariat de Toulouse
Stéphanie lors de sa convocation au commissariat de Toulouse © Radio France - JMM

Stéphanie a une semaine pour "rendre" sa fille de 8 ans et demi à son ex-conjoint qui en est le père. Cette mère de famille toulousaine en a la garde exclusive depuis sa naissance mais la justice allemande, où réside le père, a récemment donné raison à ce dernier. Décision reconnue en deuxième instance par la Cour d'appel de Toulouse en mai dernier, "une décision pourtant inapplicable sur le sol français", s'était insurgée Maitre Stéphanie Dupont-Baillon, l'avocate de Stéphanie.

La mère de famille a été convoquée ce mercredi 22 juillet au commissariat central de Toulouse, elle a une semaine pour envoyer sa fille en Allemagne.

"Je suis en colère, cette décision allemande contredit trois décisions françaises qui reconnaissaient ma garde de 2012" — Stéphanie

Depuis que la petite fille a passé une année auprès de son père, la justice allemande fait tout pour donner raison à son ressortissant. "Ce sont 40 000 enfants bi-nationaux qui sont maintenus sur le sol allemand, il faut que cela cesse", témoignait la mère de famille désemparée sur France Bleu Occitanie au début de l'été.

ÉCOUTEZ - Stéphanie, après sa convocation au commissariat de Toulouse

Stéphanie refuse que sa fille reparte en Allemagne, même pour les vacances "si elle part, je sais qu'elle ne reviendra pas, même elle en a conscience". La Toulousaine a donc une semaine pour tenter de trouver un énième compromis avec son ex-conjoint décidé à récupérer sa fille.

À la rentrée, le 7 septembre, les modalités de garde de la petite fille doivent être réaffirmées devant un juge du TGI de Toulouse. Stéphanie a déjà saisi la Cour de cassation et envisage de faire de même auprès de la Cour européenne des droits de l'Homme.

En 2008, les députés européens ont voté une résolution dénonçant "les pratiques discriminatoires du système judiciaire familial allemand", mais le vote semble rester lettre morte.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess