Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Toulouse : un camp de migrants albanais démantelé au pied du Stadium

-
Par , France Bleu Occitanie

Un camp de migrants albanais a été démantelé ce jeudi 25 avril. Tous ont reçu une proposition de relogement.

La destruction du camp a duré toute la journée
La destruction du camp a duré toute la journée © Radio France - Simon Cardona

Toulouse, France

Un camp de migrants albanais a été démantelé ce jeudi 25 avril. Depuis la fin de l'été dernier, 112 Albanais et deux Macédoniens vivaient au pied du Stadium de Toulouse, sur l'ile du Ramier, dans un bidonville de plus de 400 m de longueur sur les bords de la Garonne.

C'est la ville de Toulouse, propriétaire de cette partie des berges de la Garonne, qui a fait la demande auprès de la préfecture il y a plusieurs semaines. 

Ce bidonville, créé à la fin de l'été 2018, s'étendait sur 400 mètres au pied du Stadium - Radio France
Ce bidonville, créé à la fin de l'été 2018, s'étendait sur 400 mètres au pied du Stadium © Radio France - Simon Cardona

Mercredi 24 avril, le maire de la ville rose, Jean-Luc Moudenc, avait cosigné avec 12 autres maires, une lettre ouverte alertant le ministère de l'Intérieur et du Logement sur la condition "indigne" des réfugiés en France.

Une coïncidence pour la préfecture de Haute-Garonne

Moins de 24 heures plus tard, de la place est trouvée pour une centaine de migrants à Toulouse. Pendant que le camp de l'ile du Ramier était entièrement détruit, la majorité des migrants (73 personnes) était répartie dans des centres d'accueil de demandeurs d'asile (CADA), une minorité dans des hôtels, solution provisoire aux frais de l'État.

Mais la préfecture de Haute-Garonne, en charge des opérations, assure que c'est une coïncidence, expliquant que ce genre de démarche s'organise plusieurs semaines à l'avance. 

"On avait identifié et examiné les situations administratives de l'ensemble des personnes présentes sur ce campement depuis plusieurs semaines, a déclaré Sabine Oppilliart, la sous-préfète de Haute-Garonne, présente sur l'ile du Ramier lors de la destruction du camp. Il fallait que l'on trouve les places dans les bons dispositifs pour pouvoir les orienter. Ainsi, ce jeudi, l'ensemble des personnes se sont vu proposer une offre de prise en charge." 

La grande majorité des migrants a été redirigée vers des centres d'accueil de demandeurs d'asile - Radio France
La grande majorité des migrants a été redirigée vers des centres d'accueil de demandeurs d'asile © Radio France - Simon Cardona

En trois ans à Toulouse, plus de 1.600 personnes ont été évacuées de squats et de campements sauvages et relogées par l'État. C'est la troisième destruction d'un camp de ce type organisée par la préfecture de Haute-Garonne en 2019.

Choix de la station

France Bleu