Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Toulouse : un homme gravement blessé après avoir été attaqué à la barre et de fer et à la machette place Arnaud-Bernard

samedi 25 août 2018 à 10:43 - Mis à jour le samedi 25 août 2018 à 18:35 Par Nolwenn Quioc et Sarah Mansoura, France Bleu Occitanie et France Bleu

A Toulouse, un trentenaire a été gravement blessé après avoir été attaqué par au moins trois hommes dans le centre-ville, place Arnaud-Bernard. Ils sont toujours en fuite. Les riverains parlent de règlement de comptes. Le maire, Jean-Luc Moudenc, évoque une situation "critique" dans le quartier.

La place Arnaud-Bernard à Toulouse est connue pour son trafic de cigarettes de contrebande
La place Arnaud-Bernard à Toulouse est connue pour son trafic de cigarettes de contrebande © Radio France - Bénédicte Dupont

Toulouse, France

Il est 3h, dans la nuit de vendredi à samedi, sur la place Arnaud-Bernard lorsqu'un homme d'une trentaine d'années est violemment agressé. Apparemment victime de coups de barre de fer et de coups de machette, il a été transféré dans un état très grave à l'hôpital de Purpan. Il a repris conscience et a pu être auditionné, dès ce samedi après-midi, par la police. Interrogés par France Bleu Occitanie, les riverains mentionnent l'hypothèse d'un règlement de comptes sur fond de trafic de cigarettes ou de cannabis. 

Les trois agresseurs en fuite

D'après des témoins sur place et les caméras de vidéo-surveillance, nombreuses dans le quartier et au nombre de 4 sur la place, il aurait été attaqué par au moins trois hommes. Ceux-ci ont pris la fuite avant l'arrivée de la police, et n'ont pas été interpellés. La police est à leur recherche et travaille sur plusieurs pistes, grâce à la vidéosurveillance et aux premières auditions.

"La vidéosurveillance, ce n'est pas une baguette magique"

Cette violente agression a fait réagir le maire de Toulouse. Jean-Luc Moudenc confie, au micro de France Bleu Occitanie, qu'il souhaite un investissement plus important des services de l'État sur les questions de délinquance dans des quartiers comme Arnaud Bernard. "On part d'une situation très critique. Cette agression justifie que l'on continue à s'inverstir sur la place Arnaud Bernard, qu'on n'abandonne pas le quartier, et qu'au contraire, qu'avec les autorités judiciaires, avec la police nationale, on puisse agir de manière encore plus forte", explique le maire de Toulouse. "La délinquance dure, ce n'est pas le maire. Je le rappelle, la police municipale n'a même pas le droit de procéder à un contrôle d'identité. C'est un sujet sur lequel j'attends des autorités de l'Etat un investissement plus fort", poursuit-il.

" On part d'une situation très critique", regrette le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc.

Pour autant, pas de remise en question de la politique d'installations de caméras de vidéo-surveillance. "_La vidéosurveillance, je l'ai toujours dit, est un outil utile, mais ce n'est pas une baguette magique",regrette Jean-Luc Moudenc.  "Elle est utile ; l'année dernière il y a quelque 800 réquisitions qui ont été rendues possibles grâce à la vidéosurveillance. L'an dernier on a fourni pas moins de 800 images qui ont été utiles. Mais après cela ne résout pas tout ! Si cela résolvait tout, on en serait ravis", détaille-t-il. "Mais on sait très bien que comme tout outil, c'est un outil qui a des limites. Et on doit travailler à des réponses qui se conjuguent à la vidéosurveillance._ Et c'est la conjugaison de tous les leviers qui permet de faire reculer la délinquance".

Deuxième agression depuis le mois de mai

Ce n'est pas la première fois que le quartier Arnaud-Bernard, haut lieu du marché noir du tabac, est le théâtre d'agressions. Au mois de mai, un jeune de 18 ans a été gravement blessé au cou et à la tête par des coups de couteau. La police avait parlé à l'époque d'un possible différend sur fond de trafic de cigarettes. Ses trois agresseurs avaient été interpellés. Les 4 hommes étaient connus des services de police. 

Les habitants et commerçants du quartier sont lassés. Sans vouloir s'exprimer au micro, ils évoquent tous un climat délétère.  Le trafic de cannabis et de cigarettes, géré par plusieurs groupes investissant le quartier durant la nuit, favorise les règlements de compte, estiment-ils. "Les histoires se répètent", confie un commerçant : "Des histoires d'argent, de territoire, de jalousies. Une fois c'est un groupe qui va s'en prendre à un autre, puis quelques semaines plus tard ce groupe va revenir se venger. C'est violent".