Faits divers – Justice

Toulouse : un réseau de prostitution démantelé

Par Stéphane Garcia, France Bleu Toulouse et France Bleu samedi 14 janvier 2017 à 17:30

A l'intérieur de ces deux salons de massage toulousains, on pratiquait des prestations sexuelles tarifées dans les cabines depuis plus de deux ans.
A l'intérieur de ces deux salons de massage toulousains, on pratiquait des prestations sexuelles tarifées dans les cabines depuis plus de deux ans. © Maxppp -

Sept personnes ont été écrouées pour proxénétisme. Elles sont soupçonnées d'avoir monté un réseau de prostitution dans des salons de massage de la ville rose. Le fruit d'un an d'investigation de la part de la police et des gendarmes.

Au terme d'une enquête commencée il y a un an, menée conjointement par la Police des Frontières et le Groupement d'Intervention Régional (GIR) de Toulouse, sept personnes ont été interpellées et écrouées mardi. Elles sont poursuivies pour proxénétisme aggravé et blanchiment d'argent. Elles sont soupçonnées d'avoir pris part à un réseau de prostitution installé dans deux salons de massage de la ville rose.

Cinq jeunes filles exploitées

A l'intérieur de ces deux salons de massages du centre-ville toulousains, dans les cabines, on pratiquent des "massages avec finition", autrement dit des prestations sexuelles tarifées, depuis plus de deux ans. Une affaire qui roule puisque selon les enquêteurs, un troisième salon devait ouvrir prochainement. A la tête de cette petite entreprise, trois couples : des chinois et des français qui, avec l'aide d'une ressortissante chinoise, exploitent cinq jeunes filles asiatiques au sein des établissements, dont la publicité était assurée sur internet, sur des sites spécialisés.

Plus de 100.000 euros découverts

Si les enquêteurs sont intervenus en début de semaine, après un an d’investigation c'est parce qu'ils craignaient que toute cette bande de malfaiteurs fasse ses valises et s'enfuit à l'étranger à l'approche du nouvel an chinois.

Lors des perquisitions, les policiers et les gendarmes ont saisi 25.000 euros en liquide et 89.000 euros sur des comptes en banques. Les suspects eux, ont été mis en examen avant hier pour proxénétisme aggravé, blanchiment d'argent et aide au séjour irrégulier. Ils ont été placés en détention provisoire.