Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Haute-Garonne : un système d'escroqueries sur internet démantelé

mercredi 9 mai 2018 à 11:33 Par Noémie Bonnin, France Bleu Occitanie et France Bleu

Deux hommes sont soupçonnés d'avoir réalisé de très nombreuses escroqueries dans la région de Toulouse, en achetant des articles de bricolage sur internet avec de fausses cartes bancaires. Les articles étaient ensuite revendus au marché noir.

De nombreux articles de bricolage ont été retrouvés au domicile des deux mis en cause.
De nombreux articles de bricolage ont été retrouvés au domicile des deux mis en cause. - Gendarmerie de Haute-Garonne.

Toulouse, France

Les enquêteurs de la brigade de Muret sont mis sur la voie à la fin de l'année 2016, à la suite d'une plainte déposée par un magasin de bricolage de Carbonne, au sud-ouest de Toulouse. Mais les gendarmes comprennent vite que le système est bien rodé, et ils découvrent peu à peu de très nombreuses affaires, dans la région toulousaine, avec plusieurs commerces arnaqués de la même manière.

Un procédé bien huilé

Le principe est simple : les malfaiteurs achètent des articles sur les sites internet des enseignes de bricolage et d'automobile, mais avec de faux comptes : fausse identité, fausses cartes bancaires, faux numéros de téléphone. Avant que le magasin ne s'aperçoive de l'arnaque, les articles sont récupérés. Puis revendus de la main à la main, sur le marché noir. Le temps que les commerces comprennent la supercherie (la transaction bancaire est notamment rejetée), les individus ont disparu dans la nature.

La partie "submergée" de l'iceberg

Les gendarmes de Muret ont pour l'instant mis à jour 44 escroqueries de ce type, pour un préjudice de plus de 40 000 euros. Mais les enquêteurs suspectent de nombreuses autres affaires, au-delà des magasins de bricolage et d'accessoires de voitures. Ils élargissent désormais leurs investigations aux supermarchés et magasins de sport notamment. 

Les enquêteurs ont mis à jour plus d'une quarantaine d'affaires, pour plus de 40 000 euros de préjudice. - Aucun(e)
Les enquêteurs ont mis à jour plus d'une quarantaine d'affaires, pour plus de 40 000 euros de préjudice. - Gendarmerie de Haute-Garonne.

De nombreux articles ont déjà été retrouvés au domicile des deux personnes mises en causes : une bétonnière, de la peinture, du grillage, du ciment, des poêles à bois... Ces deux hommes ont été mis en examen, l'un est placé sous contrôle judiciaire mais l'autre a été incarcéré, parce qu'il était sous le coup d'une condamnation en sursis, déjà pour une affaire d'escroquerie. Ils ont entre 40 et 50 ans, originaires du Fauga, au sud de Toulouse et ont tous les deux un passif judiciaire. Ils reconnaissent une partie des faits reprochés.