Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Toulouse : "Une démarche politique" dit J-L Moudenc après les accusations de corruption de son adjoint

-
Par , France Bleu Occitanie

Invité france Bleu Occitanie ce lundi matin le maire de Toulouse s'est exprimé sur les accusations dont fait l'objet son adjoint aux festivités. Frédéric Brasilés qualifié de "Bénalla de la mairie de Toulouse" par un restaurateur auquel il aurait réclamé de l'argent liquide.

Jean Luc Moudenc, le maire de Toulouse
Jean Luc Moudenc, le maire de Toulouse © Radio France - Bénédicte Dupond

Toulouse, France

Sur Facebook la vidéo publiée par  Julien Roumagnac, gérant du "Caffé Baggio", a déja été vue par plus de trente mille personnes. Il y dénonce les supposés agissements de Frédéric Brasilés, conseiller municipal de Toulouse délégué aux fêtes et aux manifestations. Selon le restaurateur l'élu lui a demandé de l'argent pour l'organisation d'un événement. Frédéric Brasilés, qualifié de "Bénalla de la mairie de Toulouse",  s'offusque et va porter plainte.

"C'est la justice qui tranchera" J-L Moudenc

Invité France Bleu Occitanie ce lundi matin, le maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc, s'est exprimé pour la premiére fois sur cette polémique. Il dénonce notamment le caractère politique de l'attaque et pointe du doigts "une très grave accusation" sur laquelle la justice devra se pencher.

"ce quartier subit les abus et les excès de ce café" J-L Moudenc

L'affaire va donc aller devant la justice. Frédéric Brasilès et Julien Roumagnac ont chacun pris un avocat, sans toutefois préciser lesquels ("c'est un ténor du barreau", indique simplement l'élu).

Il faut savoir que la corruption est passible de 10 ans de prison et 1 million d'euros d'amende alors qu'une dénonciation calomnieuse peut conduire à 5 ans de prison et 45 000 euros d'amende selon le code pénal.

Choix de la station

France Bleu