Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Toulouse : une enquête en cours sur l'affaire de la banderole "Macronavirus, à quand la fin ?"

-
Par , France Bleu Occitanie

D'après la police de Toulouse, une jeune femme a été entendue et une enquête est en cours sur l'affaire d'une banderole accrochée devant chez elle. Sur la banderole, il était écrit : "Macronavirus, à quand la fin ?"

Capture d'écran du site npa31.org
Capture d'écran du site npa31.org

Après des affaires similaires à Paris, Marseille ou encore Caen, c'est à Toulouse qu'une femme a été entendue par la police hier au sujet d'une banderole. Le message accroché devant son domicile était le suivant : "Macronavirus, à quand la fin ?" La police explique qu'une enquête est en cours.

La section du NPA de Haute-Garonne a rapidement réagi, qualifiant les faits de scandaleux, Pauline Salingue du NPA 31 : "Il s'agit de liberté d'expression d'opinion politique comme c'est le cas tout au long de l'année en manifestation. _Charlie Hebdo avait fait sa une le 29 janvier dernier en parlant de Macronavirus donc on se demande si la rédaction de Charlie Hebdo va être mise en garde à vue_. Ce qu'on constate, c'est une police politique. Il n'y a aucun délit, ça n'existe pas l'outrage au président. Il n'y a pas de menace. Des banderoles, il y en a plein dans toute la France pour soutenir le personnel soignant ou pour critiquer le gouvernement, et c'est un droit fondamental."

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

D'après Me Claire Dujardin, l'avocate de la jeune femme interrogée, la garde à vue au motif "d'outrage" aurait duré quatre heures ce jeudi. La police est intervenue mardi dernier dans ce pavillon où le mur du jardin avait été couvert par une banderole "Macronavirus" qui a par la suite été décrochée à la demande des policiers. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess