Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Toulouse : vente de carburant au détail interdite après des violences urbaines quartier du Mirail

lundi 16 avril 2018 à 19:55 Par Stéphanie Mora, France Bleu Occitanie et France Bleu

La préfecture a pris des mesures concernant la vente ou le transport de carburant au détail. Dimanche soir, une dizaine de véhicules, des poubelles ont été incendiés. Une montée de violence aux origines encore floues. Un dispositif de sécurité reste maintenu ce lundi soir.

Les affrontements ont duré près de quatre heures entre la Reynerie et Bellefontaine
Les affrontements ont duré près de quatre heures entre la Reynerie et Bellefontaine © Radio France - Bénédicte Dupont

Toulouse, France

Pendant près de quatre heures dimanche soir une centaine de personnes s'en sont pris aux forces de l'ordre et ont incendié des poubelles et des voitures (une dizaine de véhicules selon la direction départementale de la sûreté publique). Le syndicat Unité-SGP-FO-Police parle d'individus qui ont clairement cherché l'affrontement avec la police et caillassé le commissariat de Bellefontaine.  Plus d'une centaine de policiers, épaulés par les CRS et des gendarmes ont été nécessaires pour épauler les pompiers lors de leurs interventions et ramener l'ordre un peu avant minuit. Au final il n'y a pas eu de blessé, ni de personnes interpellées.

Les causes restent floues 

Une enquête est ouverte pour violence aggravée en réunion avec armes et sur personne dépositaire de l'autorité publique.  Le contrôle d'identité d'une femme portant le niqab pourrait expliquer ce coup de chaud. Un peu plus tôt dans la journée de dimanche, une femme portant le niqab a refusé de répondre aux policiers et a été placée en garde à vue pour outrage, rébellion et violence. Sa garde à vue a été prolongée ce lundi soir. 

Une autre hypothèse est avancée pour expliquer ces échauffourées : la mort d'un prisonnier, originaire du quartier, à la maison d'arrêt de Seysses. Ce lundi soir, le parquet de Toulouse précise que ce détenu de 27 ans s'est pendu samedi, quelques heures plus tôt il avait été placé en quartier disciplinaire pour agression et menace de mort sur un surveillant. Ce prisonnier était en détention provisoire dans le cadre d'une affaire criminelle qui a eu lieu dans un autre département. L'annonce de sa mort a provoqué un mouvement d'humeur chez les détenus de Seysses qui ont refusé de regagner leur cellule pendant près de trois heures ce lundi.  

La préfecture prend des mesures

La préfecture a décidé pour tenter d'éviter tout nouvel incident d'interdire ce lundi après-midi et jusqu'à mercredi soir, l'achat,  la vente au détail et le transport de tout carburant sur les communes de Toulouse Métropole mais aussi de Portet-sur-Garonne, Vieille-Toulouse, Ramonville Saint-Agne et Labège.

Ce lundi soir un dispositif de sécurité sera déployé dans le quartier.