Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tourcoing : troisième nuit de violence, 11 interpellations

-
Par , France Bleu Nord

11 personnes ont été interpellées dans la nuit de lundi à mardi à Tourcoing alors que la ville a connu une troisième nuit consécutive de violences avec notamment des tirs de mortier d'artifice.

Ce policier a tout fait pour empêcher le tueur de franchir le pont et de s'échapper (Image d'illustration).
Ce policier a tout fait pour empêcher le tueur de franchir le pont et de s'échapper (Image d'illustration). © Radio France - Joël Philippon

De nouvelles échauffourées ont eu lieu dans la nuit de lundi à mardi à Tourcoing pour la troisième nuit consécutive, selon des sources policières. Des projectiles ont été jetés en direction des forces de l'ordre. Une demi-compagnie de CRS a été envoyée en renfort sur place. 11 personnes, dont 3 mineurs, ont été interpellées dans les quartiers de la Bourgogne, du Pont-Rompu et de la Croix-Rouge. Il n'y a pas eu de blessés. Une troisième compagnie de CRS [ndlr: environ 130 policiers] a été appelée en renfort pour éviter une quatrième nuit de violence dans la nuit de mardi à mercredi. 

Selon Arnaud Boutelier, secrétaire du syndicat de police Alliance dans le Nord, il y a eu des échauffourées et quelques véhicules brûlés dans les quartiers de la Croix-Rouge, de la Bourgogne et du Pont-Rompu". Et il précise que le commissariat de Wattignies, au sud de LIlle, a également essuyé un tir de mortier qui n'a pas provoqué de dégâts. Il signale également des incidents à Roubaix. 

"On ne peut pas parler d'émeutes"

Les deux nuits précédentes avaient déjà été marquées par des épisodes de violence. Dimanche,n des feux d'artifice ont été tirés en direction du commissariat du centre de Tourcoing. Des CRS et des pompiers ont été visés par des tirs de mortier. Il y avait également eu des tirs de projectiles sur les forces de l'ordre samedi soir après une intervention pour mettre un terme à un rodéo dans le Quartier de la Croix-Rouge pour lequel deux personnes ont été placées en garde à vue. 

Selon Benoît Aristidou, délégué du syndicat Unité SGP Police dans le Nord, "on ne peut pas parler d'émeutes, ce ne sont pas des foules. C'est des groupes de 20 à 30 individus qui sèment le trouble des groupes très mobiles qui se séparent très vite, se cachent dans les halls d'immeuble". Selon ces responsables syndicaux, des opérations récentes contre le trafic de stupéfiants et des arrestations seraient à l'origine de cet épisode de violences. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess