Faits divers – Justice

Tourisme au Mans : sur la route du crime

Par France Bleu Maine, France Bleu Maine samedi 17 octobre 2015 à 20:08

Christine et Léa Papin ont assassiné leurs patronnes au Mans en 1933
Christine et Léa Papin ont assassiné leurs patronnes au Mans en 1933 - capture d'écran

L’office de tourisme du Mans organisait ce samedi une visite insolite sur les lieux des grandes affaires criminelles et judiciaires de la ville. Principale attraction : la maison des sœurs Papin, rue Bruyère.

Deux heures de frissons et d’enquête au cœur du Mans : cette première visite sur le thème des faits-divers a enchanté la trentaine de visiteurs pilotée par Isabelle Léone-Robin, chargée de promotion à l’office de tourisme du Mans. Du meurtre d’un notable en 1777 rue Marchande aux massacres de Vendéens, en passant par l’ancienne prison, la visite a passionné Marie-Noëlle : « j’aime bien les intrigues policières, je regarde beaucoup de séries. C’est une manière intéressante de découvrir notre histoire et notre patrimoine, ça change des musées ». Mieux vaut avoir le cœur bien accroché, car la guide n'est pas avare de détails sanglants.

Les sœurs Papin, stars de la visite

La maison du crime des soeurs Papin, au Mans - Radio France
La maison du crime des soeurs Papin, au Mans © Radio France - Olivia Cohen - Radio France

Le clou de la visite reste le N°6 de la rue Bruyère. C’est là que le 2 février 1933, Christine et Léa Papin, deux employées de maison, assassinent leurs patronnes. Un crime retentissant, qui tient la France entière en haleine à l’époque et fascine encore aujourd’hui.

"Les premiers experts de l’époque les ont décrites comme ‘hystériques’, au sens propre du terme, en partant du fait qu’elles avaient leurs règles", raconte Isabelle Léone-Robin. L’affaire fera la une de la presse pendant plusieurs semaines.

« Au moment du procès, on se demandait encore si on avait affaire à des folles. Pourquoi un crime aussi sordide ? Pourquoi leur avoir arraché les yeux ? », rappelle la guide. « Les patronnes avaient du voir des choses qu’elles ne devaient pas voir, peut-être des relations incestueuses entre les deux sœurs. Mais l’affaire a aussi pris un tour politique, quand Sartre par exemple a estimé que les patronnes étaient les véritables monstres de l’histoire, face à des sœurs Papin exploitées ».

A la fin de la visite, nourrie de nombreuses anecdotes , Lucie, 27 ans, est carrément ravie d’avoir revisité l’affaire des sœurs Papin : « Je viens juste d’emménager au Mans, j’ai pensé que ce serait l’occasion de découvrir la ville d’une manière originale. J’ai appris plein de choses, même si ça fait froid dans le dos ».

« L’affaire passionne toujours, par son côté mystérieux, nébuleux, la fascination pour un crime commis derrière les volets d’une maison bourgeoise », analyse Isabelle Léone-Robin. « Chacun a son explication sur les raisons du passage à l’acte des sœurs Papin. Je suis sûre que dans cent ans, on en parlera encore ».

Une nouvelle édition de cette visite sur les lieux des grands faits-divers du Mans est prévue le 16 janvier 2016. La réservation est conseillée.