Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tournage d'un documentaire sur la résistance belfortaine à Giromagny

lundi 29 janvier 2018 à 6:10 Par Caroline Felix, France Bleu Belfort-Montbéliard

Une équipe de passionnés de la Seconde Guerre mondiale a tourné dimanche des séquences d'un film documentaire au fort Dorsner de Giromany. "Les oubliés du Salbert" revient sur un épisode totalement inconnu de la résistance belfortaine : en 1944, 8 résistants ont été fusillés par la Gestapo.

Jean Bochler, à l'origine du projet, a le mauvais rôle : il incarne un agent de la Gestapo
Jean Bochler, à l'origine du projet, a le mauvais rôle : il incarne un agent de la Gestapo © Radio France - Caroline Félix

Giromagny, France

En septembre 1944, huit résistants ont été dénoncés par un collabo puis torturés et fusillés par la Gestapo au fort du Salbert.

Pour raconter cette histoire, une trentaine de bénévoles étaient réunis pour tourner la scène de torture au fort de Giromagny. C'est Jean Bochler, le président de l'association "Souviens-toi 1944", spécialisée dans la reconstitution historique, qui est à l'origine du projet et de la découverte de ces Fusillés du Salbert. 

Des dizaines d'heures passées aux archives

Il y a 4 ans, lors d'une commémoration de la Seconde Guerre Mondiale à Valdoie, il remarque une croix de la Résistance en face du fort du Salbert. Il ne trouve alors personne pour lui expliquer la présence de cette croix. Cet employé d'un bureau de tabac passe donc une cinquantaine d'heures aux archives de Belfort. 

Jean Bochler finit par mettre la main sur un document jamais exhumé depuis la fin de la guerre : les procès verbaux des renseignement généraux de septembre 1944 et de janvier 1945, qui s'intéressait alors à  cet épisode.  Pour écrire le script du documentaire, il a copié mot pour mot ces témoignages recueillis par la police de l'époque. 

" Tout est identique, au millimètre près, aux événements de septembre 1944 : dialogues, nombre de personnes, lieux."- Jean Bochler

"Je participe au film par conviction" 

Dimanche, l'ambiance était plutôt détendue pour filmer ce sujet grave. "Tout le monde fait un peu de tout, c'est très riche, très intéressant", explique Michel Fino. Cet ancien réalisateur professionnel est venu prêter main forte bénévolement "par conviction, parce que je crois en les valeurs de la Résistance."

Une trentaine de bénévoles ont participé à la reconstitution de la scène de torture - Radio France
Une trentaine de bénévoles ont participé à la reconstitution de la scène de torture © Radio France - Caroline Félix

Il reste deux séquences à tourner d'ici avril, puis viendra le travail de montage. Le documentaire de 45 minutes devrait sortir à la rentrée 2018 en DVD. Le but est de le montrer dans les classes des écoles pour faire découvrir cet épisode aux élèves terrifortains.