Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tournon-sur-Rhône : 600 € d'amende pour avoir tagué la sous-préfecture

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Dix gilets jaunes ont été condamnés à 600 € d'amende chacun. Ils étaient accusés d'avoir tagué la sous-préfecture de Tournon le 20 décembre dernier.

10 gilets jaunes ont comparu mercredi devant le tribunal correctionnel de Privas
10 gilets jaunes ont comparu mercredi devant le tribunal correctionnel de Privas © Radio France - Pierre-Jean Pluvy

Privas, France

A la barre, les dix gilets jaunes font profil bas. Ils expliquent d'ailleurs qu'aujourd'hui ils ont quitté le mouvement.  

Une soirée un peu alcoolisée

Tous reconnaissent avoir tagué la sous-préfecture de Tournon-sur-Rhône lors de cette soirée du 20 décembre dernier. Certains expliquent que des messages leur ont été envoyés avec un mot d'ordre : peindre en jaune les bâtiments publics. Un autre raconte cette soirée du 20 décembre ; ils s'étaient retrouvés comme souvent le soir : "on a bu des canons, on a fait ça avec l'alcool et avec l'effet de groupe".  

Une atteinte à l'autorité de l'Etat

Le procureur de la République prend ces tags très au sérieux. "C'est une atteinte à l'autorité de l'Etat dit-il". "On a l'impression de voir une bande d'enfants penauds et contrits. On est loin du mouvement séditieux. On s'amusait à brûler des péages, à s'en prendre aux gendarmes et à dégrader des bâtiments publics"poursuit le ministère public. Il requiert quinze jours de prison avec sursis et 350 € d'amende. 

Un procès politique ? 

La défense qualifie ces tags de dégradations légères et s'étonne que ces gilets jaunes soit jugés devant le tribunal correctionnel. "D'habitude ces questions se traitent lors de plaider-coupable ou de médiation pénale. On est  devant un tribunal correctionnel en raison de la coloration politique de cette affaire dit maître Muller-Kapp, conseil de quatre prévenus.