Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tours : huit mois de prison avec sursis requis contre un policier pour une claque

-
Par , France Bleu Touraine

Un policier tourangeau était jugé en correctionnelle ce jeudi pour avoir donné une claque à un jeune homme alcoolisé, qui se baladait nu sur les bords de Loire et importunait les gens. C'est le parquet qui a entamé les poursuites après dénonciation. Le procureur a requis huit mois avec sursis.

Palais de justice de Tours
Palais de justice de Tours © Radio France - Jean Lebret

"Il faudra extraire le contexte de votre délibéré". La demande du procureur de la République à la présidente du tribunal semblait légitime au vu des polémiques récentes sur les forces de l'ordre, même si l'on pourrait croire que son réquisitoire en soit légèrement teinté. Car le procureur a réclamé huit mois de prison avec sursis et dix-huit mois d'interdiction d'exercer à l'encontre de ce policier tourangeau, jugé pour avoir donné une claque à un jeune homme cet été sur les bords de Loire. Des réquisitions lourdes. "J'attends des policiers un comportement irréprochable [...] on attend d'eux l'exemplarité et pas l'à peu près" explique Grégoire Dulin. "Ce jour-là, il a dérapé" ajoute-t-il, en se tournant vers le prévenu.

Une gifle, est-ce vraiment la procédure en cas de malaise ?

Celui qu'il désigne est un policier expérimenté au physique impressionnant. En juillet, lui et ses deux collègues sont appelés pour gérer un homme saoul, visiblement drogué et dans un état second, qui importune les gens et se balade nu sur les bords de Loire. Sur place, le jeune homme, gringalet, n'est pas agressif. Le policier lui demande de partir et lorsque l'exhibitionniste - qui ne parle pas français - refait ses lacets, il reçoit une gifle à la tempe. "Il faisait un malaise, c'était pour le stimuler" justifie l'agent. Or une témoin - celle qui a alerté le parquet le lendemain des faits - évoque à la barre la violence de cette claque, qu'elle a entendue alors qu'elle se trouvait à plusieurs mètres. "Une gifle, est-ce vraiment la procédure en cas de malaise ?" s'interroge la présidente. Le policier ainsi que ses deux collègues répondent par l'affirmative, ce qui laisse la présidente dubitative. 

Dès que c'est policier ça choque, ça n'aurait pas été pareil si cela avait été un pompier !

La victime, ramenée par les forces de l'ordre sur les quais, repartira en courant par la suite, avant d'être prise en charge par les pompiers. Ces derniers constateront l'alcoolémie avancée du jeune homme. Au cours de sa plaidoirie, l'avocate de la défense regrette : "dès que c'est un policier qui porte la claque, ça choque. Ça n'aurait pas été pareil si cela avait été un pompier !

La question est de savoir s'il y avait volonté ou non de porter atteinte à la victime, ce sera à la présidente de trancher. Le délibéré sera rendu ce lundi

Choix de la station

À venir dansDanssecondess