Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Tours : "On a bloqué la rue Nationale pour éviter le chaos, la panique" explique la Préfète d'Indre-et-Loire

lundi 3 décembre 2018 à 8:38 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine

Après les violents affrontements à Tours qui ont fait 35 blessés, dont 15 chez les policiers, la préfète d'Indre-et-Loire répond aux critiques. Selon certains manifestants, les forces de l'ordre ont chargé dès le début sans raison. La préfète parle de casseurs infiltrés qui voulaient en découdre.

La préfète d'Indre-et-Loire s'explique sur les affrontements de samedi à Tours
La préfète d'Indre-et-Loire s'explique sur les affrontements de samedi à Tours © Radio France - Radio France

Tours, France

Après les violents affrontements survenus place Jean Jaurès à Tours samedi après-midi, certains accusent les forces de l'ordre d'avoir chargé dès le début du cortège sans aucune raison. Le bilan de samedi est lourd : 35 blessés dont 15 policiers, 9 interpellations. Mais pour Corinne Orzéchowski, la préfète d'Indre-et-Loire, les policiers, dès le début et c'est une nouveauté dans ces manifs, ont été l'objet de jets de pierre. Ils ont reçu de l'acide, des selles de vélos. Ils ont été pris à partie immédiatement.

A ces manifestants s’agrègent des casseurs. Ils étaient environ 150 pour 1.000 manifestants

La préfète d'Indre-et-Loire explique qu'il faut renouer le dialogue avec les gilets jaunes pour éviter ces infiltrations de casseurs. Si nous n'avions pas bloqué la Rue Nationale, explique Corine Orzéchowski, vous auriez eu une ville dévastée. On a eu 15 policiers blessés sur 60 mobilisés. Si on avait bloqué la Rue Nationale, ce serait le Chaos, la panique ce lundi matin à Tours. 

J'entends la difficulté des policiers

La préfète précise qu'elle entend la difficulté des policiers. J'ai demandé des renforts bien entendu, mais je ne suis pas sûre d'être entendue. Par ailleurs, elle précise que le sous-préfet de Chinon a rencontré ce week-end des gilets jaunes et qu'elle même a prévu d'en rencontrer ce lundi soir et cette semaine.