Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Tours : Bloqué par les "gilets jaunes", le médecin urgentiste est en colère

samedi 17 novembre 2018 à 15:11 Par Pierre-Antoine Lefort, France Bleu Touraine

Lionel est médecin urgentiste. Ce samedi matin, dans le centre-ville de Tours, il assure avoir été pris à partie par des gilets jaunes, qui en dépit de son Caducée, n'ont pas voulu le laisser passer.

Ce médecin urgentiste assure avoir été pris à partie par des gilets jaunes sur le chemin du travail  ce samedi matin à Tours
Ce médecin urgentiste assure avoir été pris à partie par des gilets jaunes sur le chemin du travail ce samedi matin à Tours © Maxppp - James Hardy/AltoPress / Maxppp

Tours, France

Pare-brise abîmé, rétroviseur cassé. La voiture de Lionel porte les traces de cet accrochage, ce samedi matin, en plein centre-ville de Tours. Alors que le médecin urgentiste était en voiture pour prendre son service en début d'après-midi, il arrive devant la place Jean Jaurès, où des "gilets jaunes" organisent un barrage filtrant, dans le cadre de la journée de mobilisation contre la hausse des taxes sur le carburant. 

Lionel pense pouvoir circuler facilement. Surtout que depuis quelques jours, les appels à laisser passer les services de secours se multiplient sur les réseaux sociaux. La tâche va être beaucoup plus ardue que prévue. "Malgré le Caducée, on m'a dit "mais pour qui il se prend celui là", alors que je roulais plus que au pas", assure-t-il.

Pour tenter de faire fléchir le gilet jaune, Lionel évoque son besoin d'être présent à l'hôpital en cas d'urgence. "Je lui ai dit, "si quelqu'un meurt alors que je ne suis pas à mon poste. Il m'a répondu, "Mais qu'il meurt, enfin des propos d'une vulgarité sans nom".  La tension monte, sa voiture est prise pour cible, son rétroviseur brisé. 

Lionel comprend la colère des manifestants. "On peut s'exprimer si on a des revendications", mais il déplore un climat de violence et de haine : "On n'est pas obligés d'être lourds, violents et agressifs".  

Comme Lionel, plusieurs automobilistes ont été pris à partie par des gilets jaunes ce samedi en Indre-et-Loire. A Amboise, la situation a été tendue une partie de la matinée après que des voitures ont tenté de passer outre le barrage filtrant. La situation s'est aussi répétée à Saint-Cyr-sur-Loire, où les vitres d'une automobiliste ont été détruites dans le même contexte. 

Plus tôt ce samedi, un automobiliste a été blessé après avoir percuté une buse en béton placée sur la route à Nazelles-Négron. La voiture est très abîmée mais la victime n'est que légèrement touchée.