Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tours : des policiers seront équipés de caméras-piétons ce samedi pour l'acte 11 des gilets jaunes

vendredi 25 janvier 2019 à 5:34 Par Xavier Louvel, France Bleu Touraine et France Bleu

Face à la polémique sur l'usage des LBD lors des manifestations des gilets jaunes, le ministère de l'Intérieur préconise à certains policiers d'utiliser des caméras-piétons. Les premières seront activées à Tours ce samedi, pour l'acte 11 des gilets jaunes.

Exemple de caméra-piéton qui sera utilisée le samedi 26 janvier lors de la manifestation des gilets jaunes à Tours
Exemple de caméra-piéton qui sera utilisée le samedi 26 janvier lors de la manifestation des gilets jaunes à Tours © Maxppp - Clément Mahoudeau

Indre-et-Loire, France

Ce samedi 26 janvier à Tours, des policiers seront équipés pour la première fois de caméras-piétons, des caméras embarquées sur le torse des policiers en opération

C'est une mesure nationale annoncée par Christophe Castaner, pour répondre à la polémique sur l'usage des LBD, accusés d’avoir causé de graves blessures et même d’avoir éborgné des manifestants. Le commissariat de Tours a reçu une quarantaine de caméras début janvier. Elles sont depuis configurées, et certaines seront prêtes à l'emploi ce samedi. 

Les images des caméras-piétons pourront être revisionnées par la justice en cas de plainte

Elles seront portées par des policiers lanceurs de grenades lacrymogènes et de LBD. "Les lanceurs de LBD pourront ainsi justifier des agressions qu'ils subissent et la réponse qu'ils apportent en tirant sur des agresseurs" explique Stéphane D'Hayer, le directeur départemental de la sécurité publique. Ces caméras-piétons devront être actionnées "au moment de l’usage des LBD ou des lacrymogènes" précise le ministère de l'Intérieur. Les images pourront être visionnées à posteriori, pour revoir l'action en cas de plaintes ou de blessures.