Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tours : jusqu'à 10 mois de prison avec sursis pour les infirmiers coupables de plusieurs escroqueries

-
Par , France Bleu Touraine

Les deux habitants de Joué-lès-Tours avaient surfacturé des fiches de soins à la CPAM entre 2014 et 2017. Un travail qu'ils avaient fait faire par 18 infirmières remplaçantes. Ils détenaient aussi, illégalement, un important stock de médicaments. Ils ont écopé de 10 et 8 mois de prison avec sursis.

Le Tribunal Correctionnel de Tours
Le Tribunal Correctionnel de Tours © Radio France - Yohan Nicolas

Tours, France

L'affaire avait donné lieu à près de 11 heures d'audience et le délibéré avait été repoussé trois fois depuis mars dernier. Le jugement des deux Jocondiens est tombé ce jeudi après-midi. Elle était infirmière en libéral, âgée de 52 ans et lui était son conjoint, âgé de 56 ans, et avait le statut de "collaborateur d'infirmière".

Ils ont écopé, respectivement de 10 et 8 mois de prison avec sursis et l'interdiction définitive d'exercer la profession d'infirmier et celle de collaborateur d'infirmière pour escroquerie ou complicité d’escroquerie, travail dissimulé, complicité d’exercice illégal de la profession d’infirmier et de pharmacien et enfin violation du secret professionnel.

Ils sont condamnés à verser près de 30.000 euros aux plaignants

Entre 2014 et 2017, ils avaient réalisé des soins fictifs, surcoté des actes médicaux ou encore transmis des feuilles de soins effectués par 18 autres infirmières libérales. Plusieurs infirmières étaient parties civiles dans ce procès, ainsi que l’ordre des infirmiers et des pharmaciens, la CPAM 37 et l’Urssaf. Au total, les deux infirmiers sont condamnés à verser près de 30.000 euros.

On estime qu’elle gagnait quatre fois plus qu’une infirmière normale, avec cinq fois plus d’actes.

Choix de la station

France Bleu