Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Tours : l'homme arrêté samedi avec un cocktail molotov relaxé au tribunal

lundi 10 décembre 2018 à 15:48 Par Yohan Nicolas, France Bleu Touraine

Un jeune homme de 23 ans, originaire de Chambray-les-Tours, était jugé ce lundi après son interpellation lors de la manifestation des gilets jaunes samedi à Tours. Un cocktail Molotov avait été retrouvé dans son sac à dos. Il a finalement été relaxé.

La manifestation des gilets jaunes à Tours, samedi 8 décembre
La manifestation des gilets jaunes à Tours, samedi 8 décembre © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Tours, France

Un individu de 23 ans, originaire de Chambray-les-Tours, était jugé ce lundi après-midi devant le tribunal correctionnel pour participation à un regroupement formé en vue de commettre des violences (contre des biens ou contre des personnes). Samedi 8 décembre, lors de la quatrième journée de mobilisation des gilets jaunes, il a été arrêté peu avant 16h devant la Préfecture de Tours avec un cocktail Molotov dans son sac à dos, ainsi que six pierres et des appareils photos. 

Lors de l'audience, Johnny a expliqué qu'il avait l'intention de se servir de ce matériel "au cas où on l'attaquait". Le prévenu a expliqué qu'il redoutait de se faire malmener par la police. Sur son téléphone, deux SMS de Vincent, un ami, reçus le 7 et le 8 décembre ont été lus. Un message qui à chaque fois appelait à "niquer du flic" et à "préparer les armes". Mais à l'audience, Johnny a expliqué qu'il n'avait pas lu ces deux messages.

Finalement, le tribunal l'a relaxé estimant qu'un point de droit n'était pas rempli, à savoir la preuve de la constitution d'un groupement s’apprêtant à commettre des violences. Il a été finalement relaxé alors que le procureur Bruno Albisetti avait requis 3 mois de prison ferme. Johnny a malgré tout été condamné à une amende de 300 euros pour usage de stupéfiants. De la résine de cannabis a été retrouvée dans son sac à dos et à son domicile.