Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tours : la demande de préjudice d'anxiété rejetée pour huit salariés de la métropole exposés à l'amiante

-
Par , France Bleu Touraine

Le tribunal administratif d'Orléans a rejeté, ce mardi, la demande de préjudice d'anxiété formulée par huit anciens ou actuels salariés de la métropole de Tours. La justice a estimé que la saisine de la juridiction a été faite hors délai et la demande a été jugée "irrecevable".

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. © Maxppp - Norbert Falco

Pour David Courant, c'est "une déception" mais pas une surprise. Comme sept autres de ses anciens ou actuels collègues, le fonctionnaire du service eau de la métropole de Tours a été débouté de sa demande de préjudice d'anxiété lié à son exposition à l'amiante sur les îles de la Loire, entre 2000 et 2012. Après l'audience du 29 avril, le tribunal administratif d'Orléans a rejeté, ce mardi 18 avril, les demandes des huit plaignants, qui réclamaient chacun 30.000 euros d'indemnités.

La justice suit donc les conclusions du rapporteur public. Il jugeait, dans son rapport, les demandes irrecevables, pour différents problèmes de procédures, notamment une saisine trop tardive des avocats des plaignants. Le délai de deux mois n'avait pas été respecté car les avocats ont d'abord attaqué la municipalité de Tours, qui était, au moment des faits, en charge de la compétence eau. Mais c'est désormais la métropole qui en a la responsabilité.

Ça ne règle pas notre problème. Nous serons toute notre vie dans l'angoisse de savoir si un jour nous tomberons malade.

Comme les autres plaignants non plus, David Courant ne sait pas s'il fera appel de cette décision. "C'est beaucoup d'énergie et d'argent investis pour au final m'entendre dire que je ne suis pas reconnu comme victime, explique-t-il. Je vais réfléchir. Mais une chose est sûr, ça ne règle pas notre problème. Nous serons toute notre vie dans l'angoisse de savoir si un jour nous tomberons malade." L'un de ses anciens collègues est décédé en octobre dernier d'un cancer lié à l'amiante.

Au pénal, trois plaintes ont été déposées, elles sont toujours en cours d'instruction. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess