Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tours : La plupart des audiences du tribunal annulées ce mardi

mardi 15 janvier 2019 à 7:30 Par Pierre-Antoine Lefort, France Bleu Touraine

Les avocats tourangeaux sont appelés à la grève ce mardi, pour dénoncer un projet de loi de programmation de la justice, qui doit être débattu à l'Assemblée Nationale. La plupart des audiences seront annulées.

Les avocats appelés à la grève ce mardi. A Tours, les audiences devraient être perturbées.
Les avocats appelés à la grève ce mardi. A Tours, les audiences devraient être perturbées. © Maxppp - Francois Lafite/Wostok Press/Maxppp

Tours, France

Les robes noires sont appelées à cesser le travail ce mardi. Les avocats du barreau de Tours ont décidé d’un mouvement de grève. Ils s'opposent au projet de loi de programmation de la justice. La plupart des audiences vont être annulées : une partie des conseils se rendent à Paris pour une grande marche nationale, à l'appel du Conseil national des barreaux à 12h30. 

Les syndicats dénoncent une mauvaise réforme qui va éloigner un peu plus les citoyens. Parmi les mesures, des procédures dématérialisées alors que 10 millions de Français n’ont pas d’ordinateurs, des cours départementales sans jury populaire pour certains crimes, ou encore la fusion des tribunaux d'instance et de grande instance. 

Les avocats se mobilisent depuis plusieurs mois contre ce projet de réforme de la justice. En novembre dernier, le barreau de Tours avait pointé du doigt : "un recul des droits de la défense, la destruction du maillage territorial et la fin de la justice de proximité". Les audiences avaient déjà été perturbées.