Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Fermer
Retour
Faits divers – Justice

Tours : la police des polices saisie suite à la plainte de deux gilets jaunes

vendredi 25 janvier 2019 à 18:07 Par Yohan Nicolas et Jean Lebret, France Bleu Touraine et France Bleu

Le parquet de Tours a saisi l'IGPN ou police des polices suite à la plainte de deux gilets jaunes pour violences policières. On trouve l'homme qui a eu la main arrachée lors de la manifestation du 1er décembre, et une femme qui a tenté d'approcher le secrétaire d'état à l'intérieur le 14 janvier.

La manifestation des gilets jaunes du 1er décembre à Tours
La manifestation des gilets jaunes du 1er décembre à Tours © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Tours, France

L'Inspection Générale de la Police Nationale, autrement dit la police des polices, a été saisie par le parquet de Tours à la suite de deux plaintes déposées par des gilets jaunes pour trois dossiers distincts. Il s'agit de plaintes pour violences policières. 

La première plainte concerne l'homme qui avait eu la main arrachée en ramassant une grenade lacrymogène, le samedi 1er décembre. Cette grenade GLI-FA (qui contient quelques grammes de TNT)  était tombée près de ce gilet jaune d'une cinquantaine d'années. Il avait eu la main amputée en la saisissant pour la renvoyer. Une cagnotte avait été lancée par ses collègues de travail.  

La seconde plainte concerne la femme qui avait fait irruption devant le commissariat de Joué-les-Tours, puis à la préfecture de Tours,  lors de la visite de Laurent Nunez, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'intérieur. Cette femme, malgré une impressionnante présence policière, avait tenté d'atteindre le commissariat de Joué-les-Tours en criant "Etat policier, Etat dictature". Elle avait été emmenée de force par plusieurs policiers en civil. 

Un éloignement temporaire, puisqu'elle était revenue (troisième dossier) quelques minutes plus tard en Préfecture de Tours où elle avait réussi à s'infiltrer pour la présentation des vœux du secrétaire d'état aux personnels. Là encore, elle avait crié, mais avait été rapidement sortie par des policiers.