Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tours : le conducteur épileptique responsable d'un accident mortel condamné à 2 ans de prison avec sursis

-
Par , France Bleu Touraine

Un homme de 67 ans, épileptique, a été condamné à 2 ans de prison avec sursis pour homicide involontaire. En juillet 2014 il avait mortellement renversé une femme de 29 ans alors qu'il faisait une crise. L'homme ne prenait pas régulièrement ses médicaments.

Son médecin traitant, également poursuivi, a été relaxé
Son médecin traitant, également poursuivi, a été relaxé © Maxppp - PQR/Le Parisien/Maxppp

Le tribunal correctionnel de Tours a condamné ce jeudi un homme épileptique, aujourd'hui âgé de 67 ans, a 2 ans de prison avec sursis pour homicide involontaire. Il ne pourra pas repasser son permis avant 5 années, le maximum prévu par la loi.  L'affaire avait été étudiée le 2 mai 2019.

Le 3 juillet 2014, à 8h55 du matin, rue de Boisdenier à Tours, au volant de sa voiture personnelle, il avait fait une crise d'épilepsie au volant. Il avait renversé et tué une femme de 29 ans qui marchait sur le trottoir. A l'époque, le conducteur (chauffeur de bus chez Fil Bleu) doit prendre deux médicaments quotidiennement pour épilepsie, et pourtant, pour lui, il n'est pas malade. Il ne les prend pas régulièrement. Il n'a jamais prévenu son employeur ni la médecine du travail de sa maladie. 

Quel rôle pour le médecin traitant  ?

Justement, le médecin traitant (aujourd'hui à la retraite), était également poursuivi pour homicide involontaire par négligence.  La justice lui reprochant un suivi trop léger du patient. Ce praticien, également médecin conseil de la préfecture pour les agréments de permis de conduire, a finalement été relaxé. La justice estimant qu'on ne pouvait pas établir un lien de causalité entre son suivi médical et les faits, même si pour les proches de la victime, il aurait dû prononcer, au moins, une interdiction partielle de conduire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess