Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tours : "pas de violence policière" dit le parquet, après la publication d'une vidéo d'interpellation

-
Par , France Bleu Touraine

Une vidéo montrant l'interpellation musclée d'un homme en centre-ville de Tours lundi tourne sur les réseaux sociaux. Certains crient à la violence policière, le parquet réfute le terme, et précise que l'homme, qui n'a pas porté plainte, a été interpellé après avoir insulté les policiers.

Extrait d'une vidéo tournée lors d'une interpellation rue Nationale à Tours, le 19 octobre.
Extrait d'une vidéo tournée lors d'une interpellation rue Nationale à Tours, le 19 octobre. - Capture d'écran

La scène se déroule rue Nationale, lundi après midi. Sur une vidéo d'environ une minute 30, on voit un homme crier, et se débattre, alors qu'un policier tente de le faire entrer dans le fourgon. L'officier fait usage d'un taser, puis lui passe les menottes, sous les yeux de plusieurs passants qui demandent aux policiers d'arrêter l'interpellation. La vidéo est publiée sur YouTube, le titre évoque des "violences policières".

Il aurait insulté les policiers

D'après le procureur de la République de Tours, l'homme en question est un sans domicile fixe, à qui les policiers ont demandé plusieurs fois de mettre un masque, alors qu'il n'en portait pas, lors d'une opération de contrôle en centre ville, mais sans le verbaliser.  Il les aurait alors insulté. Les policiers décident à ce moment là de l'interpeller pour outrage, mais il refuse d'obtempérer, d'où cette "interpellation mouvementée", selon les mots du procureur, pour qui "il n'y a pas de violence policière".  

Placé en garde à vue, le jeune homme a reconnu l'intégralité des faits qui lui sont reprochés. Il sera jugé le 26 janvier prochain. Il n'a pas porté plainte contre les policiers.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess