Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Manifestation des gilets jaunes à Tours : Prison ferme pour des jets de pierres et d'acide sur des policiers

mercredi 5 décembre 2018 à 18:41 Par Xavier Louvel, France Bleu Touraine

Deux jeunes de 19 et 22 ans ont été condamnés à six et huit mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Tours ce mercredi 5 décembre. Ils ont été arrêtés samedi lors de la manifestation des gilets jaunes. Ils avaient jeté des pierres et des bouteilles d'acide sur les policiers.

Le tribunal de Tours a condamné deux jeunes après les affrontements de samedi place Jean Jaurès à Tous
Le tribunal de Tours a condamné deux jeunes après les affrontements de samedi place Jean Jaurès à Tous © Maxppp - François Lafite

Indre-et-Loire, France

Deux jeunes de 19 et 22 ans, habitant à Savigné-sur-Lathan, ont été condamnés à de la prison ferme le mercredi 5 décembre par le tribunal correctionnel de Tours, en comparution immédiate. Ils écopent respectivement de six et huit mois de prison, avec mandat de dépôt. Ils étaient poursuivis pour avoir participé aux affrontements avec les forces de l'ordre ce samedi place Jean Jaurès à Tours. Ils ont jeté des pierres. Le plus âgé a même jeté des bouteilles remplies d'acide sur les policiers. 

Il est intolérable de s'en prendre à des policiers. Le substitut du procureur Pierre Gérard, qui a requis lors du procès

Avant le début de l'audience, la question centrale portait sur leurs motivations. Etaient-ils venus à Tours, seulement pour en découdre avec les forces de l'ordre? Ont-ils voulu blesser des policiers? Autant de questions qui ont eu des réponses au fil des trois heures d'audience. Le plus jeune, âgé de 19 ans, huit mentions au casier judiciaire, est "venu manger un burger en centre-ville et voir la manifestation, par curiosité". "Pourquoi s'être mêlé aux incidents?" lui demande la présidente du tribunal. "J'ai envoyé des pierres par réaction, après avoir été touché par un tir de flashball à la jambe et après avoir appris que le frère d'un ami était blessé" assure-t-il avant de s'excuser à plusieurs reprises. Il se dit impulsif et violent, d'où ses multiples condamnations. 

Des jeunes qui ne réfléchissent pas, embarqués par l'effet de groupe. Maître Fleuriot-Reveillard, avocate d'un des deux prévenus

L'autre prévenu, un jeune de 22 ans, a lui déjà eu affaire à douze reprises à la justice, pour des faits de violences, de vols, outrage et conduite sans permis. Après avoir nié en garde à vue avoir confectionné et jeté de l'acide sur des policiers, il a finalement avoué à l'audience, "un sursaut d'intelligence" a salué le substitut du procureur dans son réquisitoire. Il est venu de Savigné-sur-Lathan en voiture avec des amis, dont l'autre prévenu. Sur le chemin, il dit avoir acheté de l'acide, "pas pour blesser mais faire du bruit, de la fumée", même s'il admet savoir que l'acide brûle la peau et les yeux, après l'insistance de la présidente. "C'est un adolescent qui ne réfléchit pas, sauf qu'il est majeur" tente de défendre son avocate. "Les faits sont intolérables, inadmissibles, c'est un fait. Il est jeune, immature et réfléchit à posteriori" explique-t-elle avant de plaider la clémence pour des jeunes perdus. 

Vous n'êtes pas venus pour casser du policier? demande la présidente du tribunal. Non assure un prévenu. Réponse de la présidente : Eux l'ont ressenti comme ça

Le tribunal va finalement suivre les réquisitions du parquet, six et huit mois de prison ferme avec mandat de dépôt, pour "deux jeunes qui ont un parcours déjà très compliqué. C'est inquiétant" précise d'ailleurs le substitut du procureur de Tours. Ils vont en réalité effectuer tous les deux onze mois de prison ferme, avec révocation de sursis d'autres affaires.