Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tours : sauvetage périlleux d'un avion de tourisme par deux Alphajet de la base 705

jeudi 30 août 2018 à 18:05 Par Denis Guey, France Bleu Touraine et France Bleu

Un avion de tourisme avec deux personnes à bord a demandé l'assistance de la base aérienne de Tours, dans l'après-midi du mercredi 29 août. Il ne lui restait plus que vingt minutes d'autonomie en vol. L'opération de sauvetage a duré 40 minutes.

Deux Alphajet de la base 705 de Tours-Cinq-Mars-la-Pile ont porté assistance à un avion de tourisme en difficulté.
Deux Alphajet de la base 705 de Tours-Cinq-Mars-la-Pile ont porté assistance à un avion de tourisme en difficulté. © Maxppp - Eddy Lemaistre

Tours, France

Aux alentours de 13 heures, le mercredi 29 août, la tour de contrôle de la base aérienne 705 reçoit un appel de demande d'assistance. Un petit avion de tourisme de type DR 400 avec deux personnes à bord est en perdition près d'Amboise. L'appareil a décollé de Doncourt-les-Conflans (54) et se rendait à Loudun (86). 

Le pilote de l'avion perd le sol de vue en route, et progresse dans les nuages sans pouvoir perdre de l'altitude. Sans visibilité, l'homme ne peut piloter son appareil. Il n'est pas qualifié pour le vol aux instruments seuls et annonce à la tour de contrôle qu'il dispose de 20 minutes d'autonomie.

Deux Alphajet pour lui porter assistance

Le Centre national des opérations aériennes (CNOA) ordonne rapidement le décollage d'une patrouille de deux Alphajet pour lui porter assistance. Ils étaient sur le point de partir en mission d'instruction. En l'air, une seule solution : le premier Alphajet escorte le petit avion en patrouille serrée, guide son pilote à la radio, tandis que le second Alphajet cherche un endroit pour passer sous la couche nuageuse.

Comme la météo est mauvaise et que le DR 400 ne possède plus que quelques minutes d'autonomie, la piste d'atterrissage de Tours est choisie pour boucler le sauvetage. Les trois appareils abordent la descente de 3.000 pieds, soit près de 1.000 mètres, à travers les nuages, sans encombre.

Ce type d’intervention entre dans le cadre des missions de service public assurées par l’armée de l’air sur le territoire national. L'an dernier, une trentaine de missions de ce type ont été menées, avec succès.