Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tours, site pilote pour la mise en oeuvre de la réforme pénale

-
Par , France Bleu Touraine

Toute la chaîne pénale est à Tours ce lundi. Représentants de la Chancellerie, différentes directions du ministère de la justice, direction de l'administration pénitentiaire... Tous viennent au tribunal de grande instance pour lancer officiellement la réforme pénale en Indre-et-Loire.

Tours a été choisi comme site pilote en raison du taux de surpopulation de sa maison d'arrêt
Tours a été choisi comme site pilote en raison du taux de surpopulation de sa maison d'arrêt © Maxppp - Francois Lafite / Maxppp

Indre-et-Loire, France

Tours a été choisi par la Chancellerie pour être l'un des 11 sites pilotes qui vont mettre en application avant tout le monde cette réforme d'envergure. Celle-ci vise notamment à développer des solutions alternatives à la détention pour désengorger les prisons. Et c'est d'ailleurs pour cette raison que Tours a été choisi.

Tours choisi en raison du taux de surpopulation de sa maison d'arrêt

Car à la maison d'arrêt, le taux d'occupation s'élève maintenant à 199%. 288 personnes y sont actuellement détenues pour seulement 145 places, soit quasiment le double de la capacité d'accueil. Ce taux est le plus important de toutes les maisons d'arrêt de son ressort, qui recouvre la Bourgogne Franche Comté et le Centre Val de Loire. Parmi ces détenus, 44% sont des prévenus, ça veut dire qu'ils sont en attente de jugement. "On peut se demander si après un temps d'incarcération, lors du renouvellement du mandat de dépôt par exemple, le maintien en détention est vraiment indispensable" explique Pascal Vion, le directeur intérrégional des services pénitentiaires de Dijon, dont dépend la maison d'arrêt de Tours.  

Ce qui est notamment prévu dans la future loi en effet, c'est que ces prévenus puissent bénéficier de mesures alternatives à la détention, comme l'assignation à résidence sous surveillance électronique, autrement dit un bracelet électronique. Les peines devraient être aussi davantage aménagées. Certaines, les moins importantes, pourraient se voir par exemple transformées en travaux d'intérêt général.

Cette réforme de la justice promulguée en mars 2019 sera mise en oeuvre partout en France en mars 2020.

Choix de la station

France Bleu