Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
DIRECT - Grève du 5 décembre : plus de 510.000 manifestants dans près de 70 villes
Faits divers - Justice

Tours : un artisan harcelé pour être l'homonyme d'un des agresseurs présumés du livreur de la NR

-
Par , France Bleu Touraine

Un artisan subit un harcèlement en ligne de la part d'utilisateurs de réseaux sociaux après l'agression d'un livreur de la Nouvelle république dimanche. Il a la malchance d'être l'homonyme d'un des agresseurs présumés. Les harceleurs ont trouvé et diffusé ses coordonnées sur Twitter notamment.

L'artisan a porté plainte au commissariat.
L'artisan a porté plainte au commissariat. © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Tours, France

Harcelé pour porter le même nom et prénom qu'un agresseur présumé. C'est la douloureuse mésaventure d'un artisan couturier tourangeau. Dimanche, un livreur du journal la Nouvelle république a été agressé par deux jeunes hommes. Une agression filmé et diffusée sur le réseau social Snapchat puis sur Twitter. À la fin de la vidéo, le nom d'un des agresseurs présumés apparaît. Certains internautes ont voulu aller plus vite que la police et ont cherché qui il pouvait être en ligne. Ils ont diffusé des coordonnées. Sauf que ce n'est pas la bonne personne, mais un homonyme. Leur cible est un artisan couturier de Tours. "Dimanche soir aux alentours de 22 heures, j'ai commencé à recevoir des appels anonymes, des SMS de menaces et tous les mots d'amour qu'on peut espérer dans des cas comme ça", raconte l'artisan. "Ces andouilles ont pris la première personne qui leur tombait sous la main et qui sont dit 'c'est celui-là, on va l'allumer' !" explique-t-il.

Des conséquences sur son entreprise

Pour ce couturier, la surprise a été totale. Ne suivant pas l'actualité, il n'était pas au courant de l'agression. Le harcèlement lui est tombé dessus, violemment. À tel point qu'il n'osait plus sortir de chez lui. Difficile d'aller porter plainte quand certains harceleurs lui ont assuré connaître son adresse. "Si je sors et qu'il y en a un qui me tombe dessus, je fais quoi ?", questionne l'artisan. "Les gens qui ne cherchent pas plus loin que le bout de leur nez ne s'imaginent même pas mal qu'ils peuvent faire mieux", assure le couturier. Une crainte qui va l'empêcher d'aller travailler, ce qui a une répercussion sur son entreprise. "Je suis tout nouvellement installé sur Tours, ça fait à peine un an que j'y suis. Comment je fais pour aller rencontrer mes clients ? J'ai dû changer mon numéro de téléphone du fait de ce harcèlement perpétuel. Le peu de communication que j'avais fait avec mon ancien numéro de téléphone est tombé à l'eau", regrette-t-il.

Une plainte déposée

L'artisan est finalement allé porter plainte pour harcèlement et diffamation au commissariat. Ce qui n'a pas été facile. Il a dû aller dans deux commissariats pour qu'elle soit acceptée. Il va sans doute se porter partie civile si l'agression du livreur de la Nouvelle république débouche sur un procès.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu