Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tours : un jeune homme interpellé et placé en garde à vue après l'agression d'un CRS

jeudi 21 juillet 2016 à 18:36 Par Jérôme Collin, France Bleu Touraine

Un jeune de 21 ans est en garde à vue depuis ce mardi. Il a été interpellé à son domicile à Tours. Il aurait participé à l'agression d'un CRS le mois dernier, à Tours-Nord. D'autres agresseurs auraient été identifiés. Une enquête est toujours en cours pour procéder à de nouvelles arrestations.

Le CRS agressé faisait partie de la compagnie de Saint-Cyr-sur-Loire
Le CRS agressé faisait partie de la compagnie de Saint-Cyr-sur-Loire © Maxppp - Eric Lussot

Tours, France

Mardi 19 juillet, un jeune homme de 21 ans est interpellé à son domicile à Tours. Il est immédiatement placé en garde à vue, et il devra comparaître devant la justice en janvier 2017. Il est soupçonné d'avoir participé à l'agression d'un motard de la compagnie de CRS de Saint-Cyr-sur-Loire, avec plusieurs autres personnes.

Le 14 juin dernier, ce fonctionnaire de police réalisait un banal contrôle routier, quartier de l'Europe, à Tours-Nord. Au moment de vérifier les papiers d'un automobiliste, il est soudainement pris à partie par cinq ou six jeunes. Le ton monte, les insultes fusent. Le CRS est plaqué à terre, il continue de recevoir des coups de pieds et de poing. C'est finalement l'arrivée de l'un de ses collègues qui fait fuir les agresseurs. Le CRS n'est pas blessé. Mais l'agression avait suscité l'émotion de ses collègues, au lendemain de l'attaque de Magnanville, où deux policiers ont été assassinés à leur domicile.