Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Tours : un livreur de journaux de la NR agressé, les internautes en colère

-
Par , France Bleu Touraine

Un livreur de la Nouvelle République a été agressé dimanche matin par plusieurs individus. Les agresseurs ont filmé la scène et l'ont partagé sur les réseaux sociaux. Elle a été vue des centaines de milliers de fois. Depuis, des internautes les insultent les menacent de représailles.

Le service spécialisé de la police nationale contre le cyber-harcèlement s'est saisi de l'affaire (photo d'illustration)
Le service spécialisé de la police nationale contre le cyber-harcèlement s'est saisi de l'affaire (photo d'illustration) © Maxppp - G. Bonnefont

Indre-et-Loire, France

Une vidéo tourne depuis dimanche 10 novembre sur les réseaux sociaux. Elle a dépassé le million de vues en moins de 24h (2,2 millions de vues à 16h lundi 11 novembre). Elle fait 45 secondes. On voit une agression d'un livreur de journaux de la filiale de la Nouvelle République, Presse Portage, en pleine nuit dans Tours. La police nationale ne communique pas. Elle assure ne pas avoir de plainte. Confirmation chez Presse Portage. L'homme a eu une journée d'incapacité temporaire de travail. Il se réserve le droit de porter plainte prochainement. 

Pas de plainte déposée pour l'instant

L'homme est un livreur de journaux. Il est avec son casque, sur sa mobylette, violenté par des individus. Ils sont à priori trois. Ca se passe au petit matin, dimanche, dans les rues de Tours. On devine l'avenue Grammont. Le livreur est frappé, ses lunettes cassées. Il est insulté. L'homme leur demande d'arrêter, dit clairement à plusieurs reprise "j'ai mal".

Sur twitter, les internautes se déchaînent 

La vidéo a été publiée et partagée via le compte Snapchat de l'un des agresseurs présumés. Très rapidement, les individus sont identifiés par les internautes. Ils insultent les agresseurs et les menacent de représailles. Surtout, ils donnent leurs identités, et pour l'un, son adresse, son numéro de téléphone, et même le nom de ses parents. Lundi 11 novembre, la police insiste sur le fait de ne pas partager la vidéo. "La partager, c'est participer au cyber-harcèlement des protagonistes de la vidéo, souvent filmés à leur insu. C'est porter atteinte à la dignité de la victime" écrit le site dédié au cyber-hacèlement du gouvernement, Pharos, qui précise justement sur les réseaux sociaux que les enquêteurs travaillent à l'identification des auteurs. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu