Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Trafic d'héroïne : le tribunal de Brest condamne trois des quatre prévenus

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Trois hommes d'une trentaine d'années ont été condamnés à 2, 3 et 5 ans de prison jeudi soir par le tribunal correctionnel de Brest. Un quatrième prévenu a été relaxé. Tous étaient jugés pour un important trafic d'héroïne entre Paris et le Finistère.

L'audience a duré huit heures ce jeudi devant la chambre correctionnelle.
L'audience a duré huit heures ce jeudi devant la chambre correctionnelle. © Radio France - Nicolas Olivier

C'est une saisie peu banale qui était au cœur des débats jeudi devant la chambre correctionnelle du tribunal judiciaire de Brest. Le 23 décembre 2018, 36,4 kg d'héroïne étaient découverts par des douaniers dans la Renault Twingo d'un Brestois au péage de Saint-Arnoult-en-Yvelines sur l'autoroute A10. Une prise qui représentera 3,5% de toute l'héroïne saisie en France cette année-là. Valeur marchande : au moins 540.000 euros.

Une voiture achetée à deux

Après trois ans d'instruction, quatre hommes ont été renvoyés devant le tribunal. Le conducteur, le propriétaire de la voiture, et deux complices soupçonnés d'être les commanditaires de ce trafic de stupéfiants. Agés de 26 à 31 ans, les prévenus se connaissent bien : ils ont tous vécu dans la région brestoise. L'enquête mettra en évidence les nombreuses communications, les trajets récurrents effectués de nuit, ou les transferts d'argent reçus par l'un d'entre eux, depuis la prison où il purge une peine pour... trafic de drogue. Autre fait troublant : le véhicule a été acheté par deux des prévenus, trois mois avant le fameux contrôle douanier. 

3 à 10 ans de prison requis

A l'issue d'une longue journée d'audience où les protagonistes n'auront guère été bavards, le procureur de la République, Camille Miansoni, demande de lourdes peines : 3, 5, 7 et 10 ans d'emprisonnement avec mandat de dépôt. L'avocate du propriétaire de la voiture insistera sur son "rôle de figurant" dans le dossier et sur le manque de preuves matérielles. Son client est condamné à 2 ans de prison. Les juges ont décidé d'infliger 3 ans au conducteur et 5 ans à l'homme qui avait participé à son financement. Relaxé, le quatrième prévenu échappe à la récidive.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess