Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Trafic de chiots en Haute-Saône : un ancien vétérinaire faisait venir de Slovaquie des chiots revendus sur Le Bon Coin

Un ancien vétérinaire et sa femme soupçonnés d'avoir importé illégalement des chiots pour les revendre sur le Bon Coin ont été interpellé lundi en Haute-Saône. En trois ans, le trafic de 150 chiots a rapporté environ 130.000 euros.

Trafic de chiots en Haute-Saône
Trafic de chiots en Haute-Saône - Gendarmerie Nationale

Vesoul, France

Un ancien vétérinaire de 72 ans et son épouse de 56 ans, ont été relâchés après leur garde à vue commencée ce lundi. Installés près de Marnay, en Haute-Saône,  ils importaient illégalement de Slovaquie des chiots qu'ils revendaient en toute illégalité.

Les gendarmes de Haute-Saône enquêtent depuis octobre 2017 sur un trafic de chiots. Entre 2015 et la date de son interpellation en compagnie de son épouse, ce lundi 19 mars, 150 chiens ont été importés et vendus. Le procureur de la république de Vesoul, Emmanuel Dupic, a précisé lors d'une conférence de presse ce mardi après-midi à Vesoul que ce trafic a généré environ 130.000 euros de bénéfices pour le couple.

Des chiens vendus sur Le bon coin 

Le couple faisait venir par camion, de préférence de nuit, des chiots achetés en Slovaquie. Le Bouledogue était acheté 480 euros et revendu 850 euros en France;  le Carlin acheté 370 euros et revendu 750 euros. Le couple revendait ensuite les chiots sur le Bon Coin.

Les services vétérinaires précisent que ces chiots n'étaient pas vaccinés, notamment contre la rage. Selon les services vétérinaires, c'est d'autant plus grave que cette maladie fait encore des morts de nos jours dans les pays de l'Europe de l'Est.

Une affaire révélée grâce à une lanceuse d'alerte

Une jeune femme, originaire du Territoire de Belfort, est notamment à l'origine de cette enquête. En  2013 elle achète un chiot à cet éleveur. Aussitôt elle se rend chez son vétérinaire pour une visite de contrôle. Là elle découvre que son chiot d'à peine trois mois est porteur de plusieurs maladies. La démodécie ou gale folliculaire qui est une maladie de peau. Il a aussi notamment la gale des oreilles. 

Au même moment la jeune femme apprend qu'une autre cliente, qui a acheté un chiot à ce même éleveur, vient de signaler la mort de son animal, également malade. La jeune femme décide de porter plainte. En mai 2017  lorsqu'elle apprend du tribunal que les charges ne sont pas suffisantes contre cet éleveur elle décide de faire une publication sur facebook.

Capture Ecran facebook - Aucun(e)
Capture Ecran facebook - DR

La publication est partagée plus de 1 500 fois. De nombreuses personnes témoignent. Elles ont été victimes du même éleveur. 

19 animaux saisis lundi matin, confiés à la SPA de Paris

Lors de leur surveillance, les gendarmes de Haute-Saône ont appris qu'une livraison de chiots était attendue dans la nuit du vendredi 16 mars au samedi 17 mars 2018. Une dizaine de militaires a été mobilisée pour surveiller les différents lieux de livraison. L'interpellation a eu lieu lundi matin. 19  animaux ont été saisis et confiés à la SPA de Paris.

Le couple est poursuivi pour importation d’animaux non conformes, non déclaration aux services vétérinaires d’un commerce d’animaux et blanchiment d’argent. 

Les peines encourues peuvent aller jusqu'à 5 ans d’emprisonnement.

A LIRE - Vesoul, procès de la maltraitance animale

Choix de la station

France Bleu