Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Trafic de drogue : 5 000 euros de chiffre d'affaire au quotidien rue Neyron

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Le procès du trafic de drogue de la rue Neyron à Saint-Etienne s'est ouvert ce lundi devant le tribunal correctionnel. 13 prévenus comparaissent jusqu'à mercredi : sept sont soupçonnés d'être des vendeurs, six des nourrices (ces riverains qui gardent de la drogue ou de l'argent à leur domicile).

La rue Neyron à Saint-Etienne (photo d'archives)
La rue Neyron à Saint-Etienne (photo d'archives) © Radio France - Mathilde Montagnon

Saint-Étienne, France

Ce trafic avait été démantelé en mars 2018 avec un vaste coup de filet dans le milieux : des vendeurs, des guetteurs et des nourrices  avaient été interpellés rue Neyron à Saint-Etienne. Un rue surnommée "la rue de la drogue". 

Depuis ce lundi, 13 prévenus comparaissent devant le tribunal correctionnel de Saint-Etienne pour trafic de stupéfiants. Ce "supermarché de la drogue" en plein air, installé devant le 23 rue Neyron fonctionnait 15h par jour avec deux équipes qui se relayaient. La première qui ouvre le point de vente entre 9h et 9h et demi. Puis la seconde qui embauche vers 16h30 jusqu'à minuit. Un système bien huilé. Les transactions sont importantes : 150 par jour en novembre 2017 selon les policiers ; jusqu'à 260 le 29 janvier 2018. Entre-temps, il y a eu une fusillade, des blessés, un coup de projecteur politique et médiatique et finalement une publicité inespérée pour un marché déjà florissant.  

Maitre Daniel Dupuy défend l'un des trafiquants présumés.

Un marché estimé à 1 kilo de cannabis vendu par jour. 5 000 euros de chiffre d'affaire au quotidien. 150 000 euros par mois. Avec des guetteurs, des vendeurs, mais également des nourrices. Des habitants de la rue Neyron qui acceptaient pour quelques dizaines d'euros de garder un sac de drogue dans leur appartement, de prêter des toilettes, de faire du thé ou de réceptionner une pizza.

Les policiers ont mené une enquête de sept mois pour tenter de déterminer les responsabilités de chacun.Un cachant, notamment, des caméras de vidéos surveillance dans des appartements vides pour étudier les allers-venues dans la rue. 

Les réquisitions sont prévues à partir de 14h ce mardi après-midi et le délibéré est attendu mercredi dans la journée.