Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Trafic de drogue au Crêt de Roc : 15 personnes devant le tribunal de Saint-Étienne

Le procès doit se tenir sur deux jours : ce jeudi 27 mai et le lendemain devant le tribunal de Saint-Étienne. Quinze personnes doivent comparaître pour trafic de drogue ou complicité. Toutes arrêtées en 2020. Ces dealers présumés officiaient dans le quartier stéphanois du Crêt de Roc.

La Maison rouge, l'auberge de jeunesse autour de laquelle les dealers concentraient leur activité.
La Maison rouge, l'auberge de jeunesse autour de laquelle les dealers concentraient leur activité. © Radio France - ER

Des trafiquants de drogue présumés et des complices sont jugés ce jeudi 27 mai et vendredi 28 mai au tribunal de Saint-Étienne. Quinze personnes doivent comparaître. 

La plupart ont été arrêtées en février et juin 2020 au terme de plusieurs mois d'enquête au Crêt de Roc, le quartier de Saint-Étienne où se déroulaient les ventes de stupéfiants. Principalement de la résine de cannabis et plus rarement de l'herbe ou de la cocaïne, vendues sous les fenêtres des habitants. Au point que les riverains ont exprimé leur ras-le-bol, enclenchant en novembre 2019 une enquête des services de police.  

Ils craignaient pour la sécurité de leurs enfants et devaient supporter le bruit, les allées et venues, les détritus que les dealers laissaient derrière eux après s'être fait livrer leur repas. Sans compter la drogue découverte par hasard... Une barrette de shit derrière une canalisation ou un sachet déterré et avalé par le chien d'une habitante dans le square d'à côté. L'activité se concentrait notamment près de la Maison rouge, l'auberge de jeunesse, sa situation au croisement de plusieurs rues permettant de déguerpir rapidement.

Quatre mineurs renvoyés devant le tribunal pour enfants

Des mineurs et des jeunes majeurs ont été recrutés pour quelques dizaines d'euros par jour et assurer la vente ou jouer le rôle de guetteur, avec de petites quantités de drogue sous la main, le plus gros étant stocké chez des nourrices. Après un travail traditionnel de surveillance et d'écoute téléphonique, une première vague d'arrestations a lieu en février 2020, puis une autre fin juin à Saint-Étienne, au Chambon-Feugerolles et à Roche-la-Molière. Mais il a fallu une nouvelle opération une semaine plus tard pour arrêter deux Stéphanois de 20 et 32 ans soupçonnés d'organiser ce trafic.

Au total, dix-neuf individus ont été mis en examen, quinze comparaissent à partir de ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Saint-Étienne et quatre mineurs sont eux renvoyés devant le tribunal pour enfants.

Des arrestations, un procès mais le trafic continue

"Oh, ça continue, ils se mettent là-bas, au bout de la rue Royet. Ils sont moins nombreux, c'est par intermittence mais de nouvelles équipes ont pris le relais et les trafics se poursuivent", résument un habitant de la rue et un bénévole de la maison de quartier. Avec "_près d_'une soixantaine de points de deal identifiés, _la Loire est le neuvième département français en termes de points de deal, par rapport au nombre d'habitant_s", rappelle le procureur de Saint-Étienne.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess