Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Trafic de jeux vidéo : plus d'un million d'euros de préjudice

mardi 26 mars 2019 à 21:00 Par Paul Nicolaï, France Bleu Pays Basque, France Bleu Béarn, France Bleu Gascogne et France Bleu

Il dérobait des boites de jeux vidéo et des consoles de marque pour les revendre via son réseau de receleurs. Un commercial des Landes et des Pyrénées-Atlantiques a été présenté au tribunal de Bayonne ce mardi.

De nombreuses grandes surfaces des landes et des Pyrénées atlantiques ont été grugées
De nombreuses grandes surfaces des landes et des Pyrénées atlantiques ont été grugées © Maxppp - Lionel Vadam

Pays Basque, France

Jérôme était employé commercial dans une société chargée d'approvisionner en jeux vidéo et consoles les grandes surfaces des Landes, du Pays Basque et du Béarn. Mais manifestement, son job ne lui suffisait pas. Pendant près de cinq ans, il va gruger son monde grâce à un stratagème bien rodé. Le principe était simple : au moment où il livrait les cartons de produits neufs et emballés, il en gardait pour lui même un certain nombre. Les commerces n'y voyaient que du feu en raison des volumes concernés et du peu de contrôles internes.

Un détournement de plus d'un million d'euros

Bénéficiant d'une grande autonomie de la part de son employeur et d'une grande confiance de ses clients, le commercial indélicat revendait son butin, avec de forts rabais sur les prix traditionnels, à une sorte de grossiste-complice qui disposait d'un réseau de receleurs. Tout le monde y trouvait son compte, sauf les grandes surfaces ! Les chiffres de l'escroquerie donnent le tournis : plus de 30.000 produits détournés entre 2008 et 2012. Le montant total du préjudice s’élève à 1 million 300.000 euros.

Un engrenage

Le principal prévenu de cette affaire est soupçonné, selon les enquêteurs de la gendarmerie de Mauléon, d'avoir dégagé plus de 800.000 euros de bénéfices. "L’appât du gain et l’engrenage" a expliqué à la barre du Tribunal Correctionnel de Bayonne cet habitant de Soustons, lors d'une audience fleuve, dirigée par le Juge Laurent Tignol, très habitué aux joutes de prétoires. Cette affaire de vols et d'abus de confiance, a pris fin le 11 juin 2012, lorsque le directeur du Carrefour-Market de Saint-Jean-Pied-de-Port a surpris l'individu de 44 ans la main dans le sac.

Lourdes Réquisitions

Pour "ce qui est un trafic de grande ampleur" l'accusation n'a rien voulu céder. La substitut du procureur de la République, Aude Le Herissier, a demandé des peines qui vont de six mois de prison avec sursis, à trois ans de prison dont deux ans ferme pour le chef du réseau. Une partie des avocats de la défense a plaidé la relaxe estimant que les charges ne sont pas constituées. L’enquête de gendarmerie a duré deux ans et ce sont une soixantaine de commerces qui ont été victimes dans cette affaire. Le jugement sera rendu le 14 mai.