Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Trafic de PTC : deux jeunes majeurs condamnés à 9 et 12 mois de prison avec sursis

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Deux jeunes dealers à la tête d'un trafic de drogue ont été condamnés par le Tribunal correctionnel de Caen ce jeudi 19 novembre. Ils revendaient du "Pête ton crâne", cette drogue de synthèse sous forme liquide qui est en vogue chez les adolescents.

Le tribunal correctionnel de Caen jugeait ce matin deux jeunes pour trafic de stupéfiants.
Le tribunal correctionnel de Caen jugeait ce matin deux jeunes pour trafic de stupéfiants. © Radio France - Nolwenn Le Jeune

Deux jeunes de 19 ans écopent de neuf et douze mois de prisons avec sursis, au Tribunal correctionnel de Caen. Ils ont été jugés coupable ce jeudi 19 novembre de trafic et de consommation de stupéfiants. De janvier 2019 à juin dernier, les hommes ont revendu du PTC, mais aussi de l'ecstasy et de la cocaïne à une trentaine de personnes sur l'agglomération caennaise. 

Arrêtés en juin et placés en garde à vue

Le PTC, alias "Pête ton crâne" ou "Buddha Blue", est une drogue de synthèse sous forme liquide. Elle se consomme avec une cigarette électronique et peut provoquer des malaises. On la retrouve dans les sacs de certains lycéens normands. En juin, les Gendarmes d'Evrecy et la brigade de recherche de Caen sont remontées jusqu'aux deux jeunes majeurs, à la tête du trafic, mais aussi à une dizaine d'autres revendeurs

Les dealers ont d'abord commencé à acheter de la marchandise pour leur "propre consommation personnelle", ont t-ils expliqué devant le Tribunal. C'est ensuite que leur business s'est mis en place. Les jeunes majeurs se disent aujourd'hui conscients des dangers de cette drogue. "C'est une erreur qu'il ne fallait pas faire, mais il est compliqué de sortir de tout ça", a déclaré l'un d'entre eux. 

Demande de "se soigner"

Les deux jeunes hommes ont arrêté leur trafic. Le premier dit avoir stoppé sa consommation de stupéfiants. Il est suivi par un service d'addictologie. L'autre devra faire de même, à la demande du Tribunal correctiennel. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess