Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Trafic de stupéfiants quartier de la colline Saint-André à Niort : prison ferme pour quatre hommes

-
Par , France Bleu Poitou
Niort, France

Quatre hommes ont été condamnés, ce vendredi, par le tribunal correctionnel de Niort à des peines de prison ferme allant de six mois à quatre ans. Ils ont été reconnus coupable de trafic de stupéfiants - cannabis surtout - quartier de la colline Saint-André, à Niort.

Sur cinq prévenus, quatre ont été jugés et condamnés ce vendredi par le tribunal correctionnel de Niort
Sur cinq prévenus, quatre ont été jugés et condamnés ce vendredi par le tribunal correctionnel de Niort © Radio France - Noémie Guillotin

Cinq hommes sont installés sur le banc des prévenus, ce vendredi, au tribunal correctionnel de Niort. Ils ne sont finalement que quatre à être jugés. Le procès du 5e est renvoyé au 22 janvier 2018. Ces Niortais, âgés de 24 à 38 ans, ont été interpellés le 11 octobre dernier lors d'une importante opération de police quartier de la colline Saint-André à Niort. C'est là qu'un trafic a lieu depuis au moins le début de l'année, rue Saint-Gelais, rue du Vieux Marché ou encore rue du Petit paradis. "Petit paradis", c'est d'ailleurs le nom de ce dossier. 

Une trentaine de clients en 40 minutes de surveillance

Trafic dont les riverains se plaignent. "Il y avait parfois un tel défilé de voitures que la rue était bouchée", raconte le procureur de la République. Des allées et venues incessantes. En 40 minutes de surveillance, une trentaine de clients sont vus rue du Petit-Paradis. Cela fait un toute les une à deux minutes. Un quartier "aux mains des trafiquants depuis plusieurs mois avec de plus en plus de violences, d'agressions, d'incivilités", poursuit le procureur.

A la barre, tous les prévenus ne reconnaissent pas leur implication. Le plus âgé par exemple. Chez lui ont été retrouvés du cannabis, du matériel - de la balance aux sachets de conditionnement - des cartouches de 7.65 et 9mm. Mais il affirme n'avoir "aucun rôle". Dépendant à l'alcool depuis ses 13 ans, consommateur de stupéfiants, il paraît agacé par les questions. Le plus jeune, le seul à n'avoir aucune mention à son casier judiciaire, dit juste avoir "vendu un peu mais je n'étais pas guetteur". Il n'y en a qu'un qui reconnaît le trafic. Il explique faire "entre 6000 et 9000 euros de bénéfices par mois".

"J'ai l'impression que vous n'avez que les morceaux d'un énorme puzzle devant vous", dit l'avocate d'un des prévenus

"Mon client n'a pas un rôle aussi important que l'on voudrait faire croire", plaide l'avocat d'un des prévenus. "J'ai l'impression que vous n'avez que les morceaux d'un énorme puzzle devant vous", lance une autre avocate à l'adresse du tribunal. Ce ne sont "pas les gros bonnets du trafic du stupéfiants à Niort", reconnait le procureur. Mais depuis le coup de filet"le quartier a en partie retrouvé son calme", dit-il.

Les quatre hommes écopent de peines de prison ferme allant de six mois à quatre ans. Pour trois d'entre eux, elles sont accompagnées de sursis. Certains ont aussi interdiction de paraître dans le département pendant cinq ans. Ils sont tous retournés en prison à l'issue de l'audience.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess