Faits divers – Justice

Trafic SNCF perturbé à Orléans après une agression

Par Anne Oger, France Bleu Orléans lundi 11 janvier 2016 à 15:26

Trafic perturbé ce matin à Orléans
Trafic perturbé ce matin à Orléans © Radio France - Anne Oger

Samedi soir, une femme d'une trentaine d'années, contrôleuse dans un TER Interloire, était agressée par un voyageur. Elle était seule à assurer son service, une situation qui se produit de plus en plus souvent dénoncent les contrôleurs, qui ont exercé leur droit de retrait ce lundi matin.

Samedi soir vers 22 heures, cette jeune femme assure son service dans le TER Interloire entre Nantes et Orléans. Elle remarque un voyageur, qui se cache dans les toilettes et lui demande de sortir. Aussitôt il l'insulte, la menace de mort, la poursuit dans le wagon, et la frappe au visage. Blessée à la lèvre, elle tente d'appeler la police ferroviaire, sans succès. Le train est stoppé en gare de Blois, elle est prise en charge par les pompiers, mais l'agresseur, lui, descend et s'enfuit sans être inquiété.

Elle était seule en service dans ce train

Ce soir-là, la jeune femme était seule à assurer son service. Seule pour contrôler un train entier, c'est une situation de plus en plus fréquente disent les syndicats, qui eux réclament que les contrôleurs soient au moins deux. Mais les effectifs sont tellement tendus qu'on en est loin, ce qui pose des problèmes de sécurité, "pour nous mais aussi pour les voyageurs" insiste Frédéric Méral, délégué CGT sur l'établissement ferroviaire d'Orléans, et élu au CHSCT. Ce matin, une majorité de contrôleurs ont refusé de prendre leur service, ils ont exercé leur droit de retrait, comme la loi les y autorise, s'ils estiment que leur sécurité n'est pas assurée.

Les syndicats dénoncent un manque d'effectif - Aucun(e)
Les syndicats dénoncent un manque d'effectif - Anne Oger

Il manque 30 agents rien qu'à Orléans

Dès ce matin à 9 heures, une réunion entre les syndicats et la direction régionale de la SNCF a eu lieu à Tours. La CGT estime qu'il manque près de 30 agents rien que sur l'établissement d'Orléans. La direction a promis l'arrivée prochaine de 12 nouveaux contrôleurs sur l'ensemble de la région, après déjà 10 nouveaux recrutements en décembre. Mais pour être opérationnels, ces nouveaux agents doivent être formés pendant un an. "C'est donc sans garantie" dit la CGT, "il faut une réponse plus rapide". Les discussions se poursuivent.

"La sécurité n'est pas assurée" s'inquiète Frédéric Méral de la CGT

L'émotion est compréhensible

La direction régionale de la SNCF dit comprendre ce droit de retrait des contrôleurs ce matin, "le trafic va reprendre progressivement". Elle annonce une présence renforcée de la police ferroviaire sur ces TER Interloire, dans les prochains jours, et des actions de la gendarmerie, sur les trains les plus exposés dans la région.