Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Travail dissimulé à Nantes dans le bâtiment : un demi-million d'euros de fraude présumée

-
Par , France Bleu Loire Océan

Les gendarmes de Carquefou viennent de boucler une belle enquête. Une affaire de travail dissimulé qui se serait étalée sur cinq ans. Il y en aurait pour plus d'un demi-million d'euros de fraude à l'URSSAF.

L'enquête a été menée par la gendarmerie de Carquefou (photo d'illustration)
L'enquête a été menée par la gendarmerie de Carquefou (photo d'illustration) © Radio France - Pierre-Antoine Lefort

Nantes, France

Les gendarmes de Carquefou viennent de mettre au jour une importante affaire de travail dissimulé. Il y en aurait pour plus d'un demi-million de fraude à l'URSSAF, 511 150 euros précisément d'après les gendarmes. 

Beaucoup de matériaux et de matériel professionnel

Tout commence le 15 février dernier par une affaire de violences aggravées entre voisins impliquant cinq ressortissants portugais à Mauves-sur-Loire. Les enquêteurs démêlent les fils, une opération judiciaire est organisée, du matériel professionnel et de nombreux matériaux sont découverts mais aucun document n'atteste d'un travail déclaré. 

62 salariés non déclarés pendant cinq ans

L'enquête se poursuit et l'étendue de la dissimulation est impressionnante : 62 personnes auraient travaillé sans être déclarées et ça pendant presque cinq ans, depuis mai 2014. La société  faisait de la finition en bâtiment. Le patron, un Portugais de 44 ans domicilié à Nantes sera jugé à la mi-octobre, devant le tribunal correctionnel pour travail dissimulé.