Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Trente tombes vandalisées au cimetière de Marigny-les-Usages

vendredi 22 juin 2018 à 19:18 Par Cyrille Ardaud, France Bleu Orléans et France Bleu

Le choc dans la commune de Marigny-les-Usages, dans la métropole Orléanaise. Ce vendredi matin, les habitants ont découvert trente tombes vandalisées dans le cimetière de la commune.

Plaques commémoratives cassées, fleurs arrachées, vases brisés : une trentaine de tombes ont été vandalisées
Plaques commémoratives cassées, fleurs arrachées, vases brisés : une trentaine de tombes ont été vandalisées - Image Google Maps

45760 Marigny-les-Usages, France

Les habitants de Marigny-les-Usagers, au nord-est de la métropole d'Orléans sont sous le choc. Ce vendredi matin, ils ont découvert une trentaine de tombes vandalisées dans le cimetière de la commune qui contient environ 200 sépultures. Les dégradations remonteraient à jeudi en début de soirée.

Vandalisé mais pas profané 

Il ne s'agit pas d'une profanation selon le maire Eric Archenault : ni graffiti ni inscription n'ont été retrouvés. Les dégâts sont tout de même importants. Des plaques commémoratives ont été cassées, des fleurs arrachées, des vases brisés. Le même genre de dégradations ont été effectuées dans le jardin pédagogique de la ville.

Selon nos informations, ces détériorations seraient l'oeuvre de quatre jeunes enfants  âgés de 7 à 9 ans. Ils n'expliquent pas leur geste mais sont entendus ce vendredi soir par la gendarmerie.

"Je n'ai jamais vu ça !"

De son côté, la commune liste les familles concernées par ces destructions et les invite à établir des devis en vue d'un futur dédommagement. C'est en revanche difficile d'estimer les dégâts selon le maire Eric Archenault : "Certaines tombes et plaques datent des années 1940 ou 1950... c'est difficile d'en donner le prix." 

Eric Archenault se dit scandalisé : "Je suis maire depuis 2008 et élu depuis 2001, je n'ai jamais vu ça ! On avait déjà eu quelques dégradations dans la commune : des fleurs arrachées ou des petits graffitis, mais jamais de ce genre." 

La municipalité ne prévoit pas pour le moment de fermer le cimetière.