Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

TGl de Clermont-Ferrand : trois ans requis pour la présumée escroqueuse

mardi 25 septembre 2018 à 10:43 Par Olivier Vidal, France Bleu Pays d'Auvergne

Estelle Coudry, puydômoise de 42 ans, était jugée ce lundi pour une multitude de faits. Faux et usages de faux, escroqueries et tentatives d’escroqueries ou encore travail dissimulé. Le procureur a requis trois ans d'emprisonnement. Le jugement sera rendu le 22 octobre.

Une salle d 'audience dans le tribunal de Clermont-Ferrand
Une salle d 'audience dans le tribunal de Clermont-Ferrand © Radio France - Olivier Vidal

Clermont-Ferrand, France

La liste des faits qui lui sont reprochés est longue, très longue : escroqueries, exécution d'un travail dissimulé, usage de faux avec de nombreuses victimes. Il y a ces startups à qui elle promettait des fonds en provenance du Lichtenstein en contrepartie, au préalable ces sociétés devaient s'acquitter de commissions. Autre exemple cette production d'un faux de l'avocat général de la cour d'appel de Riom pour obtenir des fonds de la BPMC, la banque populaire du massif central. 

L'escroqueuse déjà condamnée pour des faits similaires n'a jamais vraiment manqué d'imagination. Comme la création d'une fondation qui devait venir en aide aux femmes en difficultés. Imagination sans limite avec cette soirée dans un restaurant clermontois pour laquelle elle annonce plus d’une centaine d’invités dont certains plutôt prestigieux comme Karim Benzema et Florence Foresti. Une soirée au final à 15 000 euros mais surtout sans aucun invité.

Je ne réalise pas tous les faits qui me sont reprochés" Estelle Coudry à la barre

Ce lundi après-midi, à la barre, la quadragénaire, bien apprêtée, a un ton souvent larmoyant. Tantôt elle explique, tantôt elle n'arrive pas à justifier ses actes. Elle assure que la prison -pour d'autres faits- l'a changée et fait son mea culpa. Les juges restent toutefois incrédules : "on a du mal à savoir ce qui peut vous arrêter dans votre action " se demande un assesseur.

Pour les parties civiles, les deux heures d'audition de la prévenue sont ubuesques : "je n'ai pu que rigoler ! Un sketch" lance au tribunal l'une des avocats des victimes, Charlotte Lichon. Une autre, Anne Paccard, fait part de son sentiment à propos des propos de la prévenue : " il y a une habileté machiavélique, elle présente un discours complètement adapté pour ce procès!"

"Une habileté machiavélique" 

Lors de ses réquisitions, Thierry Griffet, le représentant du ministère public, dresse un portrait de la prévenue sans équivoque : "un culot monstrueux, trompant des amis, l'autorité judiciaire en toute connaissance de cause et sans abolition du discernement". "Et je ne crois pas qu'elle réalise les préjudices de ses actes!" Le procureur requiert alors une peine de trois ans d'emprisonnement.

En défense, les avocats reprennent les faits reprochés un par un. En en reconnaissant certains, en contestant les autres. "Aujourd'hui l'emprisonnement ne sera pas la bonne solution pour ma cliente, elle qui fait son chemin pour se soigner" martèle Antoine Régley, avocat au barreau de Lille. 

Le jugement a été mis en délibéré. Il sera rendu le 22 octobre.