Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tribunal de Bergerac : l'affaire des zadistes de Beynac renvoyée au 14 mars

mardi 7 mars 2017 à 13:14 Par Marie-Sylvie Prudhomme, France Bleu Périgord

Les trois opposants au contournement du village de Beynac en Dordogne étaient assignés ce matin en référé devant le tribunal de grande instance de Bergerac. L'audience est reportée au 14 mars prochain.

Une soixantaine de personnes sont venues soutenir les zadistes de Beynac devant le palais de justice de Bergerac
Une soixantaine de personnes sont venues soutenir les zadistes de Beynac devant le palais de justice de Bergerac © Radio France - Valérie Dejean

Bergerac, France

Une soixantaine de personnes sont venues soutenir ce mardi matin, les trois zadistes de Beynac qui sont assignés en référé devant le tribunal de grande instance de Bergerac. Ils s'opposent depuis plusieurs mois au contournement routier du petit village périgourdin, réputé notamment pour sa falaise et son château. Samedi dernier, les opposants au projet ont reçu le soutien de Noël Mamère, le député EELV de la Gironde qui s'est rendu sur place.

"Occupation illégale d'un terrain"

Sur les trois personnes assignées en référé "pour occupation illégale d'un terrain appartenant au conseil départemental" à Castelnaud-le-Chapelle, seule une était présente, Michel André, le président de l'association de protection de l'environnement , la Sepanso. Les deux autres, Kléber Rossillon et Philippe d'Eaubonne étaient représentés par leur avocate. Cette dernière a expliqué au tribunal que la convocation devant la justice était arrivée trop tard. L'affaire a donc été renvoyée au 14 mars prochain.