Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Dijon : prison avec sursis pour cet homme qui avait demandé à des mineurs de se déshabiller devant une webcam

lundi 12 mars 2018 à 18:33 Par Stéphane Parry, France Bleu Bourgogne

Le tribunal correctionnel de Dijon a condamné lundi un homme d'une quarantaine d'années, domicilié à Chevigny-Saint-Sauveur, à deux ans d'emprisonnement avec sursis. Entre 2012 et 2015, il a demandé à des adolescentes de se déshabiller et parfois de se caresser devant leur webcam.

Le palais de justice de Dijon
Le palais de justice de Dijon © Radio France - Stéphane Parry

Dijon, France

Ce procès, c'est d'abord le procès des dangers qui guettent les jeunes sur internet à travers les sites de conversation. C'est la mère de l'une des victimes qui a alerté les gendarmes. En 2014, elle surprend une conversation entre sa fille et un inconnu sur deux sites de conversations pour adolescents. Leur fille âgée à l'époque de 14 ans leur avoue converser régulièrement avec un ami. 

Ce dernier se fait passer pour un certain Kévin. Il dit être âgé de 16 ans. Il ne montre pas son visage, et demande à l'adolescente de se déshabiller devant la webcam de son ordinateur, puis de se caresser. 

Une centaine de correspondances retrouvées

Dans d'autres cas, le prévenu âgé de 47 ans et domicilié à Chevigny St-Sauveur se fait passer pour un photographe. Il parvient à convaincre d'autres adolescents et adolescentes de se dénuder devant la caméra.

Lorsque les enquêteurs saisissent l'ordinateur du prévenu, ils retrouvent une centaine de correspondances entre cet homme et des mineures. Aujourd'hui ces jeunes n'ont pas eu la force de venir témoigner, mais certaines ont gardé des séquelles psychologiques de ces événements, d'autres ont un sentiment de honte et préfèrent rester dans l'ombre.

Interpelé le 8 juin 2015, le prévenu reconnait les faits. Pendant sa garde à vue, il avoue aux enquêteurs que dans son esprit cela restait virtuel. Pour sa défense, il avoue qu'à l'époque il traversait une période sentimentale et professionnelle difficile. Une période pendant laquelle il passe ses nuits sur internet à essayer de rentrer en relation avec des jeunes. 

Une véritable addiction, selon le procureur 

L'autre grande question de ce procès, c'était de savoir si il y avait un risque de passage à l'acte. Selon, l'avocate de la défense, son client n'avait pas l'intention de rencontrer ces jeunes. Pourtant, selon un des avocats des parties civiles, une adolescente aurait reçu une invitation à un rendez-vous de la part de cet homme. Le procureur parle de faits graves, d'une véritable addiction

Il requiert une peine d'emprisonnement de deux ans dont vingt deux mois avec sursis ainsi qu'une obligation de soins. Le tribunal condamne finalement l'homme à deux ans de prison avec sursis et trois ans de mise à l'épreuve. Il sera aussi inscrit au registre des délinquants sexuels.