Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tribunal de Dijon : trois ans ferme pour un Italien coupable de 26 cambriolages en dix jours

mardi 19 décembre 2017 à 0:09 Par Florian Cazzola, France Bleu Bourgogne

Plus d'une centaines de vols ont été recensés mais il n'était jugé que pour 26 cambriolages, faute de preuve. Un italien a été condamné à trois ans de prison, ce lundi, au tribunal de grande instance de Dijon. En décembre 2014, il avait écumé l'est de la France, dont la Côte-d'Or.

Illustration de cambriolages. Un homme a été condamné à trois ans de prison pour 26 vols et tentatives de cambriolages.
Illustration de cambriolages. Un homme a été condamné à trois ans de prison pour 26 vols et tentatives de cambriolages. © Maxppp - Johan BEN AZZOUZ

Côte-d'Or, France

Un homme d'origine italienne a été condamné, ce lundi, à trois ans de prison ferme, par le tribunal de grande instance de Dijon. Il est reconnu coupable de 26 vols en décembre 2014, mais n'avait été arrêté qu'au mois de mai dernier. Son avocat n'a pas encore indiqué s'il faisait appel du verdict. 

Jusqu'à cinq cambriolages par jour

Dans le box des accusés, le sourire à peine masqué du prévenu contraste avec le visage des victimes présentes dans la salle. Pendant plus de cinq minutes, la présidente du tribunal a listé, un par un, tous les faits qui lui étaient reprochés. Une majorité de vol par effraction et quelques tentatives de cambriolage

Les réponses contradictoires du prévenu de 23 ans a parfois fait sourire l'auditoire. "J'ai peut-être fait quelques vols, avoue-t-il. Deux ou trois, mais pas plus". La procureure générale de la République perd patience. "Monsieur, raconte n'importe quoi et prend la juridiction pour des idiots."

L'avocat de cet Italien, jamais condamné jusque là, entame sa plaidoirie. Il dénonce des insuffisances du dossier, qui s'appuie essentiellement sur des données numériques. "Je ne conteste pas qu'il ait été contrôlé à Chalon-sur-Saône au volant d'un véhicule, ça ce n'est pas contestable." La défense du prévenu s'offusque en fait que l'on ait considéré ensuite que son client était le seul à conduire ce véhicule, en se basant seulement sur des donnés GPS relevées après avoir caché une borne sur la voiture. 

Le ministère public a requis deux ans de prison. Après près d'une demie heure de délibération, la cour le condamne finalement à trois ans de prison et 22.500 euros d'amende, dont 6000 euros de préjudice moral pour les victimes.