Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tribunal de Laval : de la prison ferme pour un trio de cambrioleurs albanais

-
Par , France Bleu Mayenne

Ils étaient accusés d'avoir cambriolé cinq maisons dans trois communes mayennaises, le 27 décembre dernier : trois hommes albanais ont été condamnés à de la prison ferme ce vendredi 4 janvier, au tribunal de Laval.

Noémie et Yoann habitent au Bourgneuf-la-Forêt : on a brisé leur baie vitrée arrière et dérobé de l'argent liquide reçu par leurs enfants à Noël.
Noémie et Yoann habitent au Bourgneuf-la-Forêt : on a brisé leur baie vitrée arrière et dérobé de l'argent liquide reçu par leurs enfants à Noël. - Noémie et Yoann

Laval, France

St-Ouen-des-Toits, le Bourgneuf-la-Forêt, le Genest-Saint-Isle : cinq foyers ont été victimes de cambriolages dans ces communes, entre 15h et 19h30 le 27 décembre dernier.

Pour ces faits, trois hommes ont été jugés et condamnés ce vendredi 4 janvier au tribunal de Laval : deux d'entre eux à 12 mois de prison dont deux avec sursis, le dernier pour 10 mois dont deux avec sursis.

Un réseau international de cambrioleurs soupçonné

Dans le box, les prévenus ont la trentaine, la mine basse, et ne parlent pas un mot de français : ils sont de nationalité albanaise. Aidés d'un interprète, ils racontent avoir quitté l'Albanie depuis des années, et être passés par plusieurs pays européens.

Deux d'entre eux ont déjà été condamnés pour des faits similaires. L'un en Allemagne, où il a déjà fait de la prison, et l'autre en France, où il a écopé de 15 mois avec sursis. "On semble avoir affaire à des professionnels", lance Mme le procureur de la République. 

Témoignages ambigus

Eux le jurent : ils sont venus en Mayenne pour "trouver un emploi et un domicile", après être arrivé à Metz dans le courant du mois de décembre. Ils auraient commencé les cambriolages par nécessité, pour trouver de quoi manger.

Au cours de l'audience, le président pointe à plusieurs reprises quelques incohérences. Deux d'entre eux ont d'abord nié en bloc, avant d'avouer les faits. Pendant le procès, ils ne reconnaissent finalement que trois cambriolages sur les cinq soupçonnés. "Vous avez dit tout et n'importe quoi pendant cette procédure", lâche même le président de la séance pendant le rappel des faits. 

Des objets volés, des vitres cassés ... et beaucoup de cauchemars

Pas de quoi convaincre les cinq victimes présentes dans la salle. Elles soufflent d'agacement ou d'incrédulité pendant les échanges. Deux couples ont décidé de se constituer partie civile et demandent plusieurs centaines d'euros. Pour les dégâts matériels, comme les vitres cassées ou les objets volés, mais surtout pour le préjudice moral : le stress, l'angoisse, le sentiment de violation et les cauchemars qui s'en sont suivis.

"Après, on n’a pas dormi pendant trois jours"

Yoann et Noémie, deux victimes, n'ont pas encore décidé si elles se constituent partie civile. Elles attendent une nouvelle audience, le 15 mars prochain, pour faire leur choix. Quand ils ont appris l'interpellation des trois hommes, le jeudi 3 janvier, c'a été un vrai soulagement pour eux, et leurs enfants : "Après le cambriolage, on n'a pas dormi pendant trois jours", témoigne Yoann. "Notre fille de huit ans en a fait de cauchemars."

Mais même aujourd'hui, le choc n'est pas passé : "On se sent fébriles", ajoute-t-il. "Au moindre bruit, on est aux aguets. On se sent dépassés par les événements." On ne leur a volé que de l'argent, celui que leurs enfants avaient reçu à Noël. Clairement, le début de l'année 2019 est bien plus rayonnant pour eux, que les fêtes de fin d'année dernière ...

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu