Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tribunal de Pau : huit ans de prison pour le retraité pédophile

jeudi 10 janvier 2019 à 20:35 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn et France Bleu

Alain Fleury, 71 ans, a été reconnu coupable d'agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans et de corruptions de mineurs et condamné à huit ans de prison jeudi à Pau. Une peine proche du maximum légal de 10 ans, demandé par le parquet.

L'entrée rue Jean Réveil à Pau, de l'appartement d'Alain Fleury
L'entrée rue Jean Réveil à Pau, de l'appartement d'Alain Fleury © Radio France - Daniel Corsand

Pau, France

Le tribunal correctionnel de Pau a prononcé une peine de huit ans de prison ferme pour Alain Fleury. Cet homme de 71 ans a été reconnu coupable ce jeudi d'agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans et de corruptions de mineurs. Les victimes sont des jeunes enfants ou pré-adolescents. Six victimes en tout entre 1994 et octobre 2016, la date de son arrestation. La plupart des victimes sont des adolescents âgés de 11 à 15 ans. Des neveux, ou des gamins qui traînaient dans le quartier.

Une peine lourde qui s'explique d'abord par le dossier, mais aussi par l'attitude d'Alain Fleury pendant les cinq heures d'audience. Il n'a toujours pas compris tout ce qu'on lui reproche. Il ne veut surtout pas passer pour un prédateur. Jusqu’à dire à l'audience des choses difficiles à admettre : il nie les cadeaux que toutes les victimes racontent. Chez lui, il les laissait boire, fumer, regarder des films pornos. Mais il dit que ce n'était pas pour les attirer. À l'entendre, ils venaient d'eux mêmes. Il dit qu'ils étaient demandeurs. À propos de l'un deux, il ose dire que l'adolescent était "plus pervers que lui". Pour lui toujours, il dit que la pilosité est le signe qu'ils ont l'âge d'être consentants. 

Pire encore, il affirme n'éprouver des regrets que pour deux des neuf victimes (le dossier n'en a retenu que six. Les trois autres cas sont prescrits). "Pour eux deux, je demande vraiment pardon. Les autres étaient en demande". Les victimes justement. Des jeunes qui ont honte. Il a fallu les contraindre à venir raconter ce qu'ils ont vécu pendant l’enquête. Tous étaient fragiles, avec des parents isolés, décédés ou malades. L'un d'eux a expliqué : "Aujourd'hui j'ai 40 ans, une femme, deux enfants et je ne veux plus entendre parler de cette histoire".

Alain était "Aline" quand il était enfant

Alain Fleury, avec ses avocats a tenté aussi d'expliquer qu'il était aussi un adulte isolé qui ne supportait pas la compagnie des adultes. Il ne s'entourait que d'enfants. Il n'avait pas d'amis. Dans sa vie il a très peu travaillé. Il a aussi raconté son enfance en Normandie. Il était d'une fratrie de neuf garçons. Et chez lui il était la petite fille de la maison. Tout le monde l'appelait "Aline". Il portait des robes et des barrettes dans les cheveux. Il a raconté aussi que c'est un des ses frères qui l'a initié au sexe dès sa préadolescence. 

Après cinq heures d'audience, Alain Fleury a été reconduit à la maison d’arrêt de Pau où il est détenu depuis son arrestation au printemps 2016.