Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tribunal de Pau : alcoolique uniquement le week-end

mardi 20 mars 2018 à 8:55 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn

Un Orthézien a été condamné ce lundi par le tribunal correctionnel de Pau pour conduite en état d'ivresse. C'était sa troisième comparution en 7 ans pour le même motif. L'homme de 35 ans dit qu'il boit le week-end "pour se détendre".

Le palais de justice de Pau
Le palais de justice de Pau © Radio France - Daniel Corsand

Orthez, France

Un Orthézien de 35 ans était jugé ce lundi après-midi à Pau pour conduite en état d'ivresse. Yan a été arrêté alors qu'il zigzaguait dans les rues d'Orthez samedi après-midi. Il avait 2,80 grammes d'alcool par litre de sang, quasiment six fois plus que la limite autorisée. Il ne se souvient d'ailleurs même plus avoir accroché une voiture en essayant de se garer.  Il avait déjà été condamné pour les mêmes faits en 2011 et 2014 et il a, de nouveau, été condamné ce lundi. Mais il échappe encore à la prison. Il a été condamné à une contrainte pénale, c'est à dire une obligation de sevrage et de soins. S'il ne respecte pas ses obligations, il ira six mois en prison.

Un prévenu mutique

Ce qui inquiète les plus, ce sont les mots de Yan. Ou plutôt le peu de mots. Il murmure à la barre. Il est très embarrassé pour parler de lui. "Pourquoi avoir bu ces deux flasques de whisky", lui demande le président Emmanuel Planque,"en cachette de vos parents ?". Il vit encore chez eux à 35 ans. "Le problème est d'ailleurs peut-être là", suggère le président du tribunal. 

Une rupture et le laisser aller

L'avocat de Yan lève une partie du mystère : une rupture sentimentale en 2011, l'année de sa première conduite en état d'ivresse, puis une deuxième en 2014, avant celle de ce week-end. Yan échappe à la prison avec cette mesure de contrainte pénale. Mais il est urgent pour lui de trouver la réponse à cette question du président : "Pourquoi avoir bu seul en cachette ?" Yan a répondu : "Pour la détente le week-end." Ça a été sa plus longue phrase à l'audience.