Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tribunal de Pau : dans la gueule du loup

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre

Un jeune homme de 25 ans a été condamné à un an de prison ferme ce lundi au tribunal correctionnel de Pau pour violences conjugales. Il a été conduit en prison malgré les protestations de son épouse victime.

Le palais de justice de Pau
Le palais de justice de Pau © Radio France - Daniel Corsand

Une jeune homme de 25 ans a été condamné à un an de prison ferme, pour avoir commis des violences sur sa femme. Chose rare, alors qu'il comparaissait libre, il a été placé en détention aussitôt après l'audience. Il a été reconnu coupable de violences régulières pendant plus d'un an et demi. Il a été écroué aussitôt, parce que les deux avaient déjà repris la vie commune alors que dans le cadre de son contrôle judiciaire il avait interdiction de voir sa femme avant le procès. Les deux pensaient pouvoir continuer leur relation nocive. Le tribunal a décidé de protéger l'épouse, malgré elle.  

"Ce type est dingue"

Quand elle a appris que son mari, qui comparaissait libre, partait sur le champ en prison, elle s'est mise à pleurer. Lui aussi d'ailleurs. Elle s'est mise à genoux devant lui en agrippant le bas de son pantalon. Le malaise dans la salle était palpable. La présidente a considéré qu'il fallait protéger cette jeune femme malgré elle. Parce que ce soir là, le 23 décembre dernier, elle a appelé la police. Elle venait d'être rouée de coups. Des coups de poings et de pieds. Un étranglement. Des faits que lui même ne conteste pas devant la juge. Il a même expliqué qu'elle lui manquait de respect. Ce 23 décembre dernier, un voisin dit à la police : "ce type est dingue". La jeune femme a raconté aux enquêteurs que ces violences reviennent régulièrement depuis plus d'un an. 

"Aujourd'hui, tout est merveilleux"

Mais à l'audience, deux mois après, elle explique que depuis, "tout est merveilleux entre eux". Elle a des "remords" d'avoir appelé la police. Elle explique que c'est elle qui lui a dit de revenir à la maison, alors que son contrôle judiciaire le lui interdisait. Elle a insisté même. "On a été gamin dans notre tête". La présidente lui demande : " j'imagine que vous ne demandez pas de dommages et intérêt?" "Tout ce que je demande c'est vivre avec mon mari". L'audience devient un dialogue entre la jeune femme et la magistrate : "Dites moi, c'est de votre faute s'il vous frappe?" Elle répond : "c'est vrai que je parle trop haut parfois". La présidente est désemparée : "et bien je crois qu'on vous reverra. Au bout d'un moment on en retrouvera un à la morgue et l'autre devant les assises".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess