Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tribunal de Pau : flashé à 207 km/h à Bordeaux mais relaxé

-
Par , France Bleu Béarn, France Bleu Gironde

Alexandre, jeune conducteur de Bizanos comparaissait pour un grand excès de vitesse ce jeudi à Pau. 207 km/h au lieu de 90 sur la rocade de Bordeaux. La photo du radar n'a pas permis de l'identifier. Il a été relaxé.

L'entrée du tribunal de police de Pau
L'entrée du tribunal de police de Pau © Radio France - Daniel Corsand

Pau, France

Alexandre, une jeune de Bizanos comparaissait ce jeudi devant le tribunal de Police pour un grand excès de vitesse. Le 22 mars 2018, en pleine nuit, son Alfa Roméo 147 JTDM de 150 chevaux a été chronométrée par un radar fixe à 207 km/h à Pessac, sur la rocade de Bordeaux ; une route limitée à 90.  Il a été relaxé par le juge.

Photo floue

Il a été relaxé parce que la photo de ce radar de chantier sur la rocade ne permet pas de voir et de reconnaître le conducteur ; tout est noir, sauf la plaque de l'Alfa Roméo 147 JTDM de 150 chevaux. Un vrai bolide pour ce jeune étudiant et encore jeune conducteur. Il faisait nuit, il était 1h34. Dans un premier temps l'étudiant s'est contenté de dire qu'il n'était pas sur la rocade à Pessac cette nuit là. 

Géolocalisation de son portable

Mais le parquet a fait géolocalisé son portable au moment du flash. Ce qui prouve qu'il était dans la voiture. Mais pas qu'il tenait le volant. Il a raconté une autre histoire du coup. Il a fait la fête. Il était saoul alors ses trois amis lui ont interdit de conduire. Deux d'entre eux, ceux qui ne conduisaient pas, ont confirmé cette version. Le troisième, celui qui conduisait, reste un inconnu. Personne ne veut le "balancer". 

Faute de preuve...

Mensonge ou pas, le parquet, beau joueur à l'audience, a reconnu qu'il n'est pas en mesure de prouver qu'Alexandre conduisait son bolide. Relaxe. Le président a bien tenté de lui mettre la pression à l'audience en lui faisant remarquer qu'il ne serait pas bien difficile de retrouver ce conducteur mystère. "Si on pousse l’enquête". Mais ce ne sera pas fait. La police s'est déjà donné bien du mal pour un simple excès de vitesse.

Choix de la station

France Bleu