Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tribunal de Pau : la retraitée jalouse harcèle sa rivale

mardi 7 novembre 2017 à 9:08 Par Daniel Corsand, France Bleu Béarn

La prévenue a 68 ans et se retrouve devant un tribunal pour répondre du harcèlement d'une rivale amoureuse. Le procès d'une jalouse maladive.

La salle des pas perdus du palais de justice de Pau
La salle des pas perdus du palais de justice de Pau © Radio France - Daniel Corsand

Pau, France

Un procès atypique s'est tenu ce lundi devant le tribunal correctionnel de Pau. Le procès d'une femme de 68 ans pour avoir harcelé une femme sensiblement du même âge. Un harcèlement à la limite des violences qui a duré plus de deux ans. De janvier 2015 à février 2017. La prévenue a agi par dépit amoureux. L'audience a été le spectacle étonnant d'une femme de 68 ans, qui semble retombée en adolescence.

Photos volées et poursuite en voiture

Elle est infirmière à la retraite. Son casier judiciaire est vierge bien sûr. Elle quitte son mari après plus de 40 ans de mariage pour vivre une aventure avec un autre. Et puis l'aventure ne dure pas, mais elle ne supporte pas qu'il fréquente une autre femme. Et elle va harceler cette femme : l'attendre sur le parking de la pharmacie où la rivale travaille. Pire, la suivre en voiture, jusqu’à percuter l’arrière de sa voiture. Jusqu'à épier le couple, cachée dans le jardin, écouter et même photographier leurs ébats amoureux. Avec son cortège de SMS et d'esclandres au commerce de l'une ou de l'autre.

Malade jalouse ou jalousie maladive ?

C'est une femme autoritaire, qui parle fort, mais à l'audience on se rend vite compte que ce n'est qu'un vernis. On voit surtout ses failles. Ses fragilités psychologiques. Ses explications sont confuses et contradictoires. Elle nie les évidences ou ce qu'elle avait pourtant reconnu. L'expert psychiatre décrit une jalousie pathologique, une tendance à surinterpréter et surtout un état dépressif. L'histoire aurait pu prêter à sourire. Mais en fait, il n'y a rien de drôle.

Le tribunal l'a condamnée à 4 mois de prison avec sursis.