Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Tribunal de Pau : le premier procès de l'affaire Montanuy

-
Par , France Bleu Béarn

Jean-Noël Montanuy, ferrailleur dans l'agglomération de Pau, a été jugé ce jeudi pour des infractions à l'environnement sur ses sites de Bizanos, Gelos et Lescar. Le volet des injures publiques présumées envers le maire de Bizanos a été reporté.

Les maires devant l'entrée de la salle d'audience au soutien de André Arribes
Les maires devant l'entrée de la salle d'audience au soutien de André Arribes © Radio France - Daniel Corsand

Pau, France

Le ferrailleur de l'agglomération de Pau, Jean-Noël Montanuy, était convoqué par le tribunal correctionnel de Pau pour deux dossiers ce jeudi. D'abord, celui des injures publiques présumées à l'encontre du maire de Bizanos, André Arribes. Jean-Noël Montanuy a multiplié les affiches et les banderoles à la gloire ironique de "Dédé le Bourricot".  Il répondait aussi des infractions à l'environnement sur ses trois sites de Bizanos, Gelos et Lescar. On s'attendait à un procès à sensations, compte tenu de la personnalité du prévenu. Il n'en a rien été.

Un débat technique

Le dossier d'injures publiques a été renvoyée au 18 novembre. Du coup, le tribunal n'a jugé que le volet infraction à l'environnement et les débats ont été plus techniques. Malgré la présence, en écharpe, d'une douzaine de maires venus soutenir André Arribes. On a parlé de nomenclatures, de PLU, de zonage de cadastre. On s'est arrêté sur la définition juridique du déchet. Lui dit que c'était de la matière première qu'il entendait réutiliser. Qu'il a, par moment, essayé de se mettre aux normes. "Mais c'est le fignolage qui prend du temps" explique-t-il. 

"Keep quiet"

Mais l'audience a aussi raconté qu'il a monopolisé l'attention des inspecteurs des services de l'État pendant des années. Un taux de visites record dans un département pourtant riche en sites à surveiller. Mais les débats sont restés feutrés. Jean-Noël Montanuy avait pris la peine d'écrire sur sa main gauche : "Keep Quiet". Ça veut dire "rester calme" en anglais.

La vice-procureur a requis trois mois de prison avec sursis contre Jean-Noël Montanuy et 60 800 € d'amende. Le tribunal rendra son jugement le 5 décembre.

Choix de la station

France Bleu